À Yopougon, Lord Mirror, le catéchiste aux dreadlocks veut évangéliser par le reggae

Nestror Agbly alias Lord Mirror, reggaeman et catéchiste / Guy Aimé Eblotié

Avec ses dreadlocks et son look atypique, Lord Mirror, chanteur de reggae, enseigne la catéchèse depuis 4 ans dans sa paroisse de Niangon-Adjamé, un petit village à la sortie ouest d’Abidjan.

« En 2007, les responsables de la catéchèse ont exigé que je me coupe les cheveux avant de recevoir la première communion, mais je n’ai pas accepté », explique Nestor Koudou Agbly, alias Lord Mirror, chanteur de Reggae et catéchiste dans le petit village de Niangon-Adjamé, dans la commune de Yopougon. Très engagé dans l’Église catholique, le catéchiste aux dreadlocks chante au cours d’activités religieuses dans de nombreuses paroisses et poursuit son rêve d’enfant, celui d’« évangéliser par le reggae ».

A lire : En Côte d’Ivoire, Landry Banga évangélise par les bandes dessinées

Mais à ses débuts, son look était difficilement accepté à l’église. À la paroisse Saint-Marc des Toits-Rouges, dans le diocèse de Yopougon, où il a été catéchumène, c’est l’amitié et la compréhension du curé, le père Ambroise Koutouan Koutouan qui lui ont sauvé la mise au moment où les catéchistes exigeaient qu’il se coupe les cheveux avant de recevoir sa première communion. « Il suivait normalement la catéchèse pour se faire baptiser et je n’ai pas trouvé d’inconvénients, explique le père Koutouan. Certains ne voyaient pas d’un bon œil son look de rasta mais il est comme tout chrétien qui veut de vivre sa foi et c’est sur cette base que j’ai décidé de l’accompagner. »

Délit de faciès

Depuis l’adolescence où il adopte les dreadlocks, Lord Mirror se bat contre les préjugés liés à son apparence. « Certains pensent que je suis un gangster, et j’ai été plusieurs fois victime de délit de faciès, explique-t-il. En 2011 après la crise postélectorale j’ai été détenu pendant 3 jours parce qu’on croyait que j’étais un milicien. Mais je leur dis que je suis Lord Mirror, qui signifie le reflet de Dieu, et il m’aime tel que je suis. »

Né en Côte d’Ivoire en 1964, Nestor Agbly a arrêté l’école au secondaire pour une carrière de footballeur, qu’il sera contraint d’abandonner en raison d’une blessure au genou. Il a évolué au poste d’ailier gauche pendant quelques années, dans un championnat amateur à la fin des années 1990 au Burkina Faso.

Meilleur catéchiste

A lire : En Côte d’Ivoire, Guy Pierre Nindjin, la passion de la catéchèse

Après la crise post-électorale, le rastaman s’installe dans le village de Niangon-Adjamé. Dès son arrivée, il s’engage à la paroisse Notre-Dame-de-Lourde et se porte volontaire pour enseigner la catéchèse. « J’enseigne la catéchèse aux jeunes et aux adultes depuis 4 ans maintenant. J’ai été désigné meilleure catéchiste en 2017, et ça a été un honneur pour moi. »
Aujourd’hui, avec le père Ambroise Koutouan affecté comme curé à Notre Dame de Lourdes, Lord Mirror poursuit sa mission de formation dans le village de Niangon-Adjamé. « C’est une chance pour moi de le retrouver dans cette communauté où il est très bien intégré, commente le prêtre. Il est désormais très engagé dans la transmission de la foi et je l’encourage à toujours œuvrer pour le salut de ses frères sans se soucier des préjugés. »

Guy Aimé Eblotié (à Abidjan)

Cet article a été repéré sur https://africa.la-croix.com

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here