Spread the love

Depuis sa grave blessure, une rupture des ligaments croisés du genou dont il a été opéré en décembre, Razza Camara franchit les paliers. Le Guinéen vit actuellement son deuxième séjour à Capbreton. L’occasion de reprendre la course, et partager de bons moments. Carnet de bord.

Opéré mi-décembre des ligaments croisés du genou, Razza Camara, qui séquence son retour pour Ouest-France, est à Capbreton jusqu’au 21 avril. S’il reprend la course, il partage aussi le quotidien d’autres blessés. Avec joie. Et avec le soulagement du maintien acquis par ses coéquipiers.

"Depuis un mois, il y avait une forme de stress autour de l’équipe. Là, les gars ont gagné et le maintien est assuré. Je suis soulagé. En plus, il y avait la manière. Autant contre Bordeaux que face à Troyes. Ça me fait rire, j’ai fait chier tout le monde à Capbreton pour mettre le match (samedi dernier) à la télé. Et puis les rugbymen, qui sont là-bas, n’aiment pas trop le foot alors ça chambrait. De toute manière, ils n’avaient pas le choix (rires). Chaque soir, au centre, est une bonne raison pour se vider la tête. C’est un peu comme une colonie : on fait des loups, on joue aux cartes… On fait tellement d’efforts qu’il faut profiter, s’évader. On rigole beaucoup avec tout le monde, c’est une manière d’évacuer.

Je rencontre aussi des convalescents de tous les milieux, dont des sportifs amateurs. C’est là que je mesure la chance que j’ai, d’avoir des moyens aussi poussés à Guingamp. Moi, c’est mon métier. Et très honnêtement, je n’ai pas à me plaindre. Une telle blessure, pour les footballeurs professionnels, ça se soigne vraiment bien. Pour certains, c’est beaucoup plus long. J’ai des amis, ici, qui reviennent pour la 7e fois. C’est énorme. Le suivi n’est pas le même. Mais on échange, on discute. Trois semaines, c’est long mais ça rapproche.

Et puis surtout, je progresse encore au niveau de mon genou. Je commence les sauts, petit à petit. Sur le premier, j’ai eu peur que ça répète. Avant de te lancer, tu redemandes, au cas où, au médecin s’il n’y a aucun risque. Maintenant, je suis en confiance. J’ai repris la course, toujours sur l’Alter-G (appareil anti-gravité), la machine qui m’avait déjà permis de remarcher. Là, j’ai vraiment le sentiment de franchir une grosse étape. Je retrouve les sensations d’un sportif : l’effort, la sueur…".

Cet article vous a intéressé? Partagez le, il intéressera probablement d’autres personnes. Merci! N'hésitez pas à réagir sur ce tirage dans l'espace «Ajouter un commentaire» ... GUINEEMAIL.COM est un site d'information en continu sur la Guinée et le Monde. Il a été fondé en Guinée. C'est l'une des meilleures sources d'info et d'actu en Guinée. Retrouvez les analyses, les scoops, les informations, les actualités, les statistiques, les interviews, les vidéos, les photos, les audio et tout ce qu'il vous faut. Guinéemail.com ou informer autrement! contact@guineemail.com