Ces gilets jaunes d’origine africaine

0
17

Copyright de l’image
BBC/Nadir Djennad

Image caption

Céline N’Go, gilet jaune camerounaise, travaille comme infirmière.

Lancé en octobre 2018, le mouvement des gilets jaunes est à présent connu dans le monde entier. La France a vécu la 22ème journée de manifestations des gilets jaunes, samedi 13 avril.

Au départ, la mobilisation a pour motivation le rejet de l’augmentation d’une taxe sur les carburants. Les manifestants expriment des revendications fiscales, sociales et politiques.

Et des gilets jaunes d’origine maghrébine, africaine et antillaise sont présents parmi les manifestants.

Lire aussi:

Gilets jaunes : retour de la violence dans les rues de Paris

Macron ouvre un « grand débat national » en France

Copyright de l’image
BBC/Nadir Djennad

Image caption

Cecile N’Go appelle une amie pour qu’elle vienne prendre part aux manifestations.

Céline N’Go est une Camerounaise qui travaille comme infirmière. Elle proteste, depuis le début du mouvement, contre des conditions de travail très précaires. « Il n’y a pas assez d’infirmières, je fais le travail de trois personnes pour le même salaire », dénonce-t-elle.

Céline N’Go a l’habitude de manifester avec ses collègues.

Copyright de l’image
BBC/Nadir Djennad

Image caption

Sékou Camara, un gilet jaune français d’origine guinéenne, et l’Algérienne Fayrouz Slimani prennent part aux manifestations.

Sékou Camara, un étudiant français d’origine guinéenne, fait partie des manifestants.

Agé de 20 ans, il se considère comme un « gilet jaune » et partage les revendications du mouvement ; cependant, il regrette la faible présence d’immigrés africains dans le mouvement de contestation.

« Les plus touchés par la pauvreté, ce sont les migrants maghrébins et africains. On est très touchés par la pauvreté… Donc le mouvement des gilets jaunes nous concerne aussi. C’est un mouvement dirigé contre l’augmentation des taxes et tout ce qui va avec », souligne-t-il.

Lire aussi:

Une nouvelle journée de heurts des « gilets jaunes »

Copyright de l’image
AFP

Image caption

« On ne peut plus éduquer nos enfants… » se désole Samira Guerrou, un gilet jaune d’origine marocaine.

Samira Guerrou prend part aux manifestations, tous les samedis, depuis le 17 novembre 2018, qui marque le lancement des manifestations organisées des gilets jaunes.

Âgée de 56 ans, d’origine marocaine, elle travaille dans les cantines scolaires.

« Moi, personnellement, je ne gagne que 1 100 euros. Mes 1 100 euros servent à payer le loyer et à assurer mes besoins médicaux. On ne peut plus éduquer nos enfants correctement. Il faut avoir la possibilité de subvenir à ses besoins et ne pas survivre… Parce que, aujourd’hui, on est en train de survivre », s’indigne Samira Guerrou.

Copyright de l’image
BBC/Nadir Djennad

Image caption

Certains manifestants tiennent à défendre le caractère pacifique de leur mouvement.

Face aux accusations faites aux gilets jaunes, qui sont considérés par certains comme des casseurs, des manifestants tiennent à défendre le caractère pacifique du mouvement.

C’est le cas de Fayrouz Slimani, une infirmière d’origine algérienne et gilet jaune, qui tient à préciser que le mouvement n’est pas violent.

« Les gilets jaunes sont des gens pacifistes. Prenez la manifestation pour la Coupe du monde. Il y avait aussi des casseurs, et il n’y avait pas les gilets jaunes… » argue-t-elle.

Copyright de l’image
BBC/Nadir Djennad

Image caption

Mohamed Degueny, gilet jaune Malien, vit en France depuis 15 ans.

Mohamed Degueny vit en France depuis 15 ans. Malien, il travaille dans la restauration. Il dénonce également « la baisse du pouvoir d’achat et la cherté de la vie » en France.

Mounir Mikinini, français est originaire de la Tunisie. Avec son mégaphone, il harangue les foules. Il milite également pour l’instauration du référendum d’initiative citoyenne. Très en colère contre le président Emmanuel Macron, Mounir Mikinini appelle à sa démission.

Copyright de l’image
BBC/Nadir Djennad

Image caption

Le Tunisien Mounir Mikinini appelle à la démission du président français.

Cet article a été repéré sur https://www.bbc.com/afrique

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here