Discours du Président Sidya Touré à l’ouverture de l’Atelier de Formation en Communication et Marketing Politiques des cadres et membres de cellules de communication des Partis Libéraux affiliés au Réseau Libéral Africain (RLA)

share on:

Discours du Président Sidya TOURE

 

Monsieur le Directeur Régional de la Fondation Nauman

Messieurs les formateurs ;

Mesdames et Messieurs les Représentants des Partis Politiques ;

Mesdames et Messieurs

Chers participants ;

 

C’est un réel plaisir pour moi de prendre la parole ici devant vous, à l’occasion de l’ouverture de l’atelier de formation de deux jours qui a pour thème : « Communication et Marketing Politique ». A l’entame de mon propos, je voudrais remercier très sincèrement la Fondation Nauman qui a eu l’initiative d’organiser cette rencontre. Depuis de nombreuses années, votre fondation, Monsieur le Directeur, travaille en partenariat avec l’International Libéral et le Réseau Libéral Africain en vue de consolider et de répandre les valeurs partagées par les libéraux.

 

Cet atelier, permettra sans nul doute, de renforcer les capacités de nos structures politiques afin de mieux maitriser les techniques de communication et de cerner les enjeux liés à la communication et au Marketing politique. La compétition politique devient de plus en plus exigeante, y compris dans certains pays africains qui peinent à installer la démocratie chez eux, comme la Guinée. Dans ce contexte, la communication politique devient, à la fois, un moyen de convaincre les électeurs et surtout un instrument d’éveil de conscience. Cet éveil de conscience est la résultante d’une meilleure compréhension de notre environnement et des défis qui nous interpellent.

 

Le thème choisi pour cet atelier est d’autant plus pertinent que notre pays connaît de fortes tensions politiques qui s’expliquent en grande partie par un déficit de communication qui n’a pas permis d’améliorer le degré de civisme de nos compatriotes. Les mesures de restrictions des libertés que tente de nous imposer le régime guinéen, doublées d’une volonté de supprimer les espaces de discussions et d’échanges, ont créé des tensions politiques dont la Guinée se serait bien passée.

 

Comme vous le savez, l’atmosphère politique en Guinée est troublée depuis plus d’un an par l’idée de troisième mandat soutenue à grands frais par les moyens de l’ETAT, le tout, en violation flagrante de la constitution. Ces pratiques d’un autre temps qui sont de nature à compromettre gravement notre volonté de vivre ensemble dans la paix et la concorde, ne pourraient être combattues efficacement que par un peuple de Guinée uni et solidaire. Bien entendu, la communication devient alors la principale arme des acteurs politiques que nous sommes. La maitrise de cette arme requiert non seulement celle des techniques de communication mais aussi et surtout la maitrise des outils de communication.

Dans un monde ouvert, caractérisé par l’accélération des événements et un échange massif et incontrôlé des informations, l’utilisation des moyens modernes de communication à des fins de progrès social et économique devient impérative. Nous avons en internet, un moyen redoutable de progrès et une source intarissable de savoir, certes, mais c’est un outil qui peut être dévastateur s’il est utilisé à des fins d’instrumentalisation, d’embrigadement ou de déstabilisation. C’est pourquoi, bien au-delà de la sphère politique, la communication est de nos jours, le socle sur lequel se construisent les sociétés modernes qui aspirent à davantage de libertés et de progrès social.

 

En plus de la menace que fait peser sur notre démocratie balbutiante l’idée du troisième mandat, la Guinée est confrontée à d’autres défis, notamment, le communautarisme qui fragilise la cohésion sociale et exacerbe les antagonismes identitaires entre les guinéens. L’ambition que j’ai pour mon pays consiste à transcender ces particularismes afin de réaliser l’unité nationale qui sera le ferment du développement économique et social auquel aspirent les guinéens. Cette unité ne pourra se réaliser que si les guinéens, collectivement, prennent conscience de l’impérieuse nécessité de promouvoir le dialogue et la tolérance en vue de bâtir ensemble une Guinée forte, unie et en paix. C’est à cela que j’invite, à s’employer, les participants au présent atelier mais également l’ensemble des acteurs politiques guinéens. De mon point de vue, l’un des grands intérêts de cet atelier consistera à aider les partis politiques à mieux communiquer mais aussi et surtout à les amener à prendre conscience de leur rôle ainsi que la de la portée d’une bonne communication politique.

 

C’est sur cette note d’espoir et, en vous souhaitant plein succès dans vos travaux, que je déclare ouvert le présent atelier.

 

 

 

Je vous remercie de votre attention.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Transmis par la Cellule de Communication de l’UFR



Facebook Comments

Leave a Response