G7 Biarritz, conférence de presse d’Emmanuel Macron et Donald Trump : les points clés

Une poignée de main accompagnée de quelques compliments. Avant de répondre aux questions des journalistes lors de leur conférence de presse commune, le président Emmanuel Macron et le président Donald Trump ont tenu à afficher la bonne entente entre les deux pays, lundi 26 août.

Les deux dirigeants ont ainsi allié le geste à la parole, puisque pendant une quinzaine de minutes ils ont énuméré les grandes crises mondiales du moment et leurs solutions pour en sortir.

Donald Trump, toute l’actualité sur le 45e président des États-Unis

► Nucléaire iranien, « les conditions d’une rencontre et donc d’un accord »

C’était le dossier le plus brûlant. Au lendemain de la visite surprise du chef de la diplomatie iranienne au G7 à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), les deux dirigeants ont voulu montrer leur unité sur la volonté de sortir de la situation actuelle. Emmanuel Macron a déclaré que les discussions au G7 avaient créé « les conditions d’une rencontre et donc d’un accord » entre les présidents américain Donald Trump et iranien Hassan Rohani sur la crise du nucléaire iranien.

De son côté le locataire de la Maison-Blanche Donald Trump se dit prêt à rencontrer le président iranien si les « circonstances » sont réunies. Il a aussi profité de sa prise de parole pour rappeler que le précédant accord signé en 2015 était « ridicule ». Donald Trump n’avait pas voulu rencontrer la délégation iranienne dimanche 25 août à Biarritz, estimant que c’était « trop tôt ».

G7 Biarritz : « Emmanuel Macron cherche la formule pour débloquer la crise avec l’Iran »

Ce G7 vient ainsi renforcer la position française en tant que principale force de médiation entre l’Iran et les États-Unis. Emmanuel Macron a déclaré souhaiter « une rencontre entre présidents dans les prochaines semaines »

► Taxe visant les géants du numérique, un « très bon accord » trouvé

C’était la principale pomme de discorde entre les deux pays. La taxe visant les géants du numérique, et notamment les « Gafa » (Google, Amazon, Facebook, Apple), était très mal perçue par le 45e président des États-Unis. Juste avant de se poser à Biarritz, il avait d’ailleurs ravivé le spectre d’une augmentation des droits de douane sur le vin français en représailles.

Pourtant, à l’issue des deux jours de négociations, un accord semble avoir été trouvé. Emmanuel Macron l’a qualifié de « très bon accord » pour l’ensemble des membres du G7. Les pays du G7 ont convenu de « trouver un accord en 2020 dans le cadre de l’OCDE » concernant une taxe internationale sur les GAFA et le jour où elle sera mise en place, la France « supprimera » sa propre taxe, a précisé le président français devant la presse. Une décision déjà connue puisque après son adoption le 11 juillet dernier, Bruno Le Maire annonçait que la France retirerait « naturellement sa taxe nationale » si l’OCDE parvenait à un accord.

► Incendies en Amazonie, Une aide du G7 de 20 millions d’euros

Durant cette conférence de presse où les deux présidents n’ont cessé de se congratuler, vantant leur volonté commune d’aller de l’avant, Emmanuel Macron a rappelé que le G7 avait mis en place un plan d’aide pour les incendies en Amazonie. Une aide de 20 millions de dollars pour envoyer des avions bombardiers d’eau lutter contre les feux de forêt. Les sept pays ont aussi convenu de créer un volet d’aide à moyen terme destiné à la reforestation, qui sera finalisée au cours de l’Assemblée générale de l’ONU, fin septembre.

Commerce, le chaud, le froid et le flou de Donald Trump

Enfin, Donald Trump qui a considéré ce G7 comme de « deux jours et demi de grande unité » a fait état de ses positions dans la guerre commerciale qui l’oppose à la Chine. Le président américain a estimé lundi que Pékin n’avait « pas le choix » et devait céder aux pressions américaines dans la guerre commerciale qui oppose les deux pays.





Facebook Comments

Leave a Response