Journée Internationale de MGF : La première Dame Djené kaba s’engage à accompagner le ministère de l’Action Sociale

La Guinée a commémoré ce mercredi, 06 février 2019, la journée internationale des mutilations génitales féminines. Cette célébration a été placée sous le thème ‘’Traduire les décisions politiques en actions concrètes à la base pour accélérer l’atteinte tolérance zéro les mutilations génitales féminines d’ici horizon 2020-2030’’. La cérémonie a été présidée par la première dame de la République de Guinée, en compagnie du ministre de l’Action Sociale.

A l’entame,, Mme Diaby Mariama Ssylla, ministre de l’Action Sociale a dira que « la République de Guinée est affectée par cette pratique à hauteur de 90 %. « Pour relever ce défi, la Guinée a adopté les lois nationales contre l’excision, la révision du code de la femme, du mariage précoce, pour ne citer que ceux-là. La déclaration des femmes ministres africaines lors de la conférence tenue à Ouagadougou où la Guinée a été plébiscitée, par rapport aux initiatives présidentielles développées dans notre pays.
Dans la même dynamique, le ministre de l’action sociale a énumérer quelques pistes de propositions. Selon elle, pour réduire le taux de mutilations génitales féminines, son département en collaboration avec les départements concernés et des partenaires techniques et financiers ainsi que des organisations de la société civile, organisera une quinzaine des séries d’activités, qui seront orientés à tous les décideurs.»

Pour sa part, Dr Amad Mohamed Garba, représentant du système des nations unies s’est réjoui de l’effort de la Guinée dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie de femmes et filles. Il dira que les mutilations génitales féminines constituent une forme odieuse de violations de droits fondamentaux des femmes et des filles. « Il s’agit d’un délai venimeux qui met leur santé en péril, de douleur et de souffrance. Les mutilations génitales féminines trouvent leur origine dans les inégalités et les déséquilibres du pouvoir entre homme et femme », a-t-il indiqué

Il conclu ses propos en disant qu’environ 200 millions de femmes et des filles sont aujourd’hui l’objet de cette pratique des mutilations génitales féminines.

Après avoir remercié les partenaires au développement pour les efforts consentis dans la lutte contre les mutilations génitales féminines en Guinée. la Première Dame de la République, Mme Condé Djènè Kaba a réitéré l’engagement de sa fondation à accompagner le ministère de l’Action Sociale dans la lutte contre les mutilations génitales féminines en Guinée.

Kerfalla Touré







Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here