[ La question du jour] : A quoi servent les objets liturgiques déposés sur la table à l’arrière de l’autel ?

0
7

Une crédence/ Roger Gomis

Chaque jour un prêtre répond à une question d’internaute sur la foi catholique.
Aujourd’hui, le père Roger Gomis, prêtre du diocèse de Dakar au Sénégal, se prête à l’exercice

À l’arrière de l’autel ou à côté, il y a une table avec plusieurs objets liturgiques.

Cette table porte le nom de crédence, sur laquelle on dépose les burettes avec le manuterge, le calice avec dessus le purificatoire, la patène, la grande hostie dans la patène, la pale, le corporal et le voile recouvrant le calice, les ciboires, les livres, les cierges, et d’autres éléments prévus pour la messe.

Arrêtons-nous sur cette table et quelques-uns de ces éléments :

La crédence

Le mot vient du latin « credere » (croire). Autrefois, dans les repas, on entreposait sur une table les repas qui allaient être goûtés pour s’assurer qu’ils étaient bons et donc « crédibles » avant de les servir, renseigne le Dictionnaire de la liturgie. Dans la liturgie catholique, la crédence joue la même fonction mais pour recevoir des vases et objets sacrés prévus pour la messe.

Burettes

Elles sont au nombre de deux. Le mot « burette » est un diminutif de « buire », ancien mot désignant un vase en forme de cruche à bec avec anse. Les deux burettes contiennent l’eau et le vin nécessaires à la célébration de la messe. Les servants de messe les apportent au prêtre à l’autel au moment de l’offertoire : le vin est versé dans le calice, une goutte d’eau y est ajoutée symbolisant l’humanité qui est unie au Christ. On peut aussi utiliser la burette d’eau pour le  » lavabo » : le servant verse de l’eau sur les doigts du prêtre, au-dessus du plateau ; le prêtre s’essuie les mains avec le manuterge.

Les burettes sont placées sur un plateau qui peut servir pour le rite du lavabo.

Le corporal

Le corporal dont le sens est proche du mot « corps » est un carré de tissu blanc sur lequel le prêtre pose le Corps du Christ et la coupe de son Sang. Il rappelle le linceul dont on enveloppa Jésus après sa mort et que les apôtres retrouvèrent roulé au matin de la résurrection. Sur le corporal il y a une petite croix à l’endroit où le prêtre déposera la patène avec la grande hostie. Il est toujours plié en 3 puis en 3 et sert à récupérer les petits morceaux d’hosties qui pourraient tomber de la patène ou des ciboires.

Au début de la messe, le corporal est plié et posé sur le calice. Juste après la consécration, c’est sur le corporal que le prêtre déposera le Corps du Christ. À la fin de la messe, après avoir remis les hosties dans le tabernacle, le prêtre plie avec soin le corporal et le pose sur le calice.

Le purificatoire

Le purificatoire est un linge sacré blanc, rectangulaire et orné d’une croix en son centre. Il est destiné à la purification du calice après la communion. Il est plié en 3 puis en 2.

Le manuterge (du latin manus, « mains » et tergere, « essuyer ») est un linge blanc rectangulaire en lin utilisé comme essuie-main à l’issue du rite du « Lavabo » (lavement des mains) au terme de la préparation des dons. Il est plié en 6 puis en 2 ou en accordéon.

A lire aussi : [Question du jour] : Dans les églises, que signifie le crucifix sur l’autel ?

Père Roger Gomis

Cet article a été repéré sur https://africa.la-croix.com

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here