Labo – Les performances du Samsung Galaxy Note 10+ et de sa puce Exynos 9825

share on:

5

S’il vient d’arriver dans nos laboratoires, le Galaxy Note 10+ est déjà sur les bancs d’essai. Et pour commencer, jetons un œil à ses performances. Car il est équipé d’une puce dernier cri (Exynos 9825) et de 12 Go de RAM.

Notre laboratoire de mesure des performances a évolué ces dernières semaines. Grâce à un protocole plus complet et des tests ciblés, nous pouvons à présent évaluer l’optimisation du système d’exploitation ainsi que les performances en jeu. Et quel meilleur smartphone que le Galaxy Note 10+ de Samsung pour inaugurer ce test de façon détaillée. Équipé d’une puce Exynos 9825 dernier cri ainsi que 12 Go de RAM, le terminal devrait avoir de la puissance à revendre. Mission réussie ? Pas tout à fait…

Le Galaxy Note 10+

La puce Exynos 9825 se présente comme une déclinaison de l’Exynos 9820 présente dans les Galaxy S10. Mais cette fois, la finesse de gravure est revue à la baisse, passant de 8 à 7 nm, grâce à son nouveau procédé de gravure aux ultraviolets extrêmes. Le processeur divisé en trois groupes de cœurs (2 x M4, 2 x Cortex-A75 et 4 x Cortex-A55) est accompagné d’un bloc neuronal dédié à l’IA ainsi que d’une puce l’iGPU Mali-G76MP12 pour le jeu. A noter que le Galaxy Note 10, la version standard du smartphone, possède la même puce mais « seulement » 8 Go de RAM.

Du multitâche en demi-teinte

Nous avons dans un premier temps confronté le Galaxy Note 10+ à notre test du multitâche. Pour cela, nous empilons des applications sur la RAM. L’objectif étant de voir la vitesse du smartphone quand la RAM est chargée différemment, et cela jusqu’à 6 Go. Selon la vitesse enregistrée, un indice est ensuite calculé. Pour le moment, notre champion reste le OnePlus 7 Pro et sa puce Snapdragon 855 accompagnée de 6 Go de RAM. Équipé d’un Exynos 9825 et de pas moins de 12 Go de RAM, le Galaxy Note 10+ ne parvient pourtant pas à rivaliser avec lui.

Là où le OnePlus 7 Pro obtient un indice de 100, la nouvelle phablette de Samsung stagne à 88,9. Un résultat clairement décevant qui le place derrière le Galaxy S10 (92,9), mais également derrière une multitude de smartphones moins bien dotés, tels que le le Redmi Note 7 (91,1), le BlackBerry KEY2 (89,7) ou encore le Realme 3 Pro (93,5). Ce dernier a été lancé en France à 199 €, soit 900 € de moins que le Galaxy Note10+ ! Heureusement, il existe un moyen de doper le score du terminal de Samsung. Il s’agit du mode « Performances élevées ». Avec lui, l’indice grimpe à 95,8. De quoi lui faire gagner quelques places et le mettre au contact de smartphones de sa catégorie. Il faudra cependant garder en tête que ce mode est plus énergivore et risque d’avoir une incidence sur l’autonomie du smartphone.

Malgré ses 12 Go de RAM, le Galaxy Note 10+ peine donc à rivaliser avec des smartphones proposant 6 Go de RAM. Ces résultats montrent la faible pertinence d’un tel équipement, pour le moment en tout cas, puisqu’Android ne semble pas capable de les exploiter pleinement.

Une température maîtrisée en jeu

Au moment de lancer en jeu, l’iGPU Mali-G76MP12 prend le relais. Notre protocole consiste ici à lancer un jeu au gameplay parfaitement limité, mais exigeant un maximum de ressources des terminaux. En le faisant tourner assez longtemps, nous pouvons pousser le smartphone dans ses retranchements et observer l’impact de la chauffe sur les performances. Enfin, nous recueillons les données de la courbe des images par seconde pour établir un indice jeu. Notre champion dans cette catégorie est le Meizu 16s (100). Le Galaxy Note 10+ ne démérite pas (86,6). Avec le mode « Performances élevées », il monte même à 90,6.

Il est intéressant de noter que le Galaxy Note10+ interdit à sa batterie de monter au-delà des 35 °C. Une fois ce plafond atteint, ses performances sont bridées, ce qui produit une chute du nombre d’images affichées à la seconde. Un phénomène intéressant puisqu’il est absent des autres gammes de smartphones Samsung. Ni le Galaxy S10 ni le A80 ne se brident avec un tel plafonnement de la température de batterie. Peut-être que Samsung prend désormais des pincettes sur sa gamme Note, depuis l’affaire des batteries explosives du Galaxy Note 7. À noter que confronté au même test, le Galaxy Note 9 ne semble pas connaître de limitation.

Quoi qu’il en soit, le Galaxy Note 10+ affiche d’excellents résultats en jeu… mais fait toujours moins bien que le Realme 3 Pro.

Un smartphone qui reste excellent et bien équilibré

Une fois les deux indices calculés, le Galaxy Note 10+, en mode « Performances élevées » obtient 93,2. Il se positionne comme le 4e meilleur smartphone ayant participé à notre protocole, juste derrière le Meizu 16s (99,6), le Mate 20 Prode Huawei (95,5) ainsi que le Realme 3 Pro (94,1). Il n’est donc pas le nouveau champion que nous aurions pu attendre et se contente d’être un excellent terminal rapide en toute situation. Et c’est peut-être là qu’il fait la différence avec beaucoup de ses concurrents, le OnePlus 7 Pro en tête. Ce dernier est certes très bon sur la RAM (100), mais moyen sur le jeu (59,77).





Facebook Comments

Leave a Response