Le Rwanda va accueillir des réfugiés actuellement séquestrés en Libye (HCR)

Selon cet accord, Kigali recevra et assurera la protection de réfugiés qui sont actuellement séquestrés dans des centres de détention en Libye, a indiqué le HCR dans un communiqué. « Ils seront transférés en lieu sûr au Rwanda sur une base volontaire », a précisé l’agence onusienne.

Un premier groupe de 500 personnes, majoritairement originaires de pays de la corne de l’Afrique, sera évacué de Libye. « Ce groupe comprend notamment des enfants et des jeunes dont la vie est menacée », a précisé le HCR qui continuera de rechercher des solutions pour les personnes évacuées.

Si certaines des personnes qui seront évacuées de Libye pourront bénéficier d’une réinstallation dans des pays tiers, d’autres seront aidés à retourner dans les pays qui leur avait précédemment accordé l’asile ou à regagner leur pays d’origine, s’ils peuvent le faire en toute sécurité. « Certains pourront être autorisés à rester au Rwanda sous réserve de l’accord des autorités compétentes », a indiqué le HCR.

Lire aussi | Plus de 7.400 morts sur les routes de migration africaines ces cinq dernières années (OIM)

Les vols d’évacuation de Libye devraient commencer dans les prochaines semaines et seront menés en coopération avec les autorités rwandaises et libyennes. L’UA apportera son aide pour les évacuations, fournira un soutien politique stratégique en matière de formation et de coordination et aidera à mobiliser des ressources. Le HCR assurera des prestations de protection internationale et fournira l’aide humanitaire nécessaire, y compris des vivres, de l’eau, des abris ainsi que des services d’éducation et de santé.

Le HCR exhorte la communauté internationale à contribuer des ressources pour la mise en œuvre de cet accord.

Depuis 2017, le HCR a évacué plus de 4.400 personnes relevant de sa compétence depuis la Libye vers d’autres pays, dont 2.900 par le biais du mécanisme de transit d’urgence au Niger et 425 vers des pays européens via le centre de transit d’urgence en Roumanie.

« Néanmoins, quelque 4.700 personnes seraient toujours détenues dans des conditions effroyables à l’intérieur de centres de détention en Libye », déplore le HCR. « Il est urgent de les transférer vers des lieux sûrs, de leur assurer la protection internationale, de leur fournir une aide vitale d’urgence et de leur rechercher des solutions durables », souligne l’agence onusienne.





Facebook Comments

Leave a Response