Les errements du navire humanitaire Ocean Viking

share on:

Deux navires humanitaires se retrouvent bloqués en Italie. Pour accoster en Italie, l’Open Arms a déposé un recours en justice, l’a remporté et jeté l’ancre au large de Lampedusa il y a six jours. Elle s’y trouve toujours. Le ministre italien de l’intérieur lui bloquant l’entrée du port. L’Ocean Viking navigue lui toujours dans les eaux internationales dans l’espoir de pouvoir faire débarquer bientôt les 356 migrants secourus entre le 9 et le 12 juillet dernier.

Entretien réalisé par Marie Duhamel – Cité du Vatican

Où vont débarquer les 107 personnes récupérées en mer il y a 18 jours par le navire Open Arms? L’ONG espagnole Proactiva qui affrète le bateau, demande depuis plusieurs jours l’autorisation d’accoster en Italie, sur l’île de Lampedusa, la plus proche, alors que la situation sanitaire à bord ne cesse de se dégrader.

Le ministre italien de l’intérieur refuse. Critiquant «l’inconcevable décision des autorités italiennes de fermer leurs ports», le gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sanchez a proposé d’accueillir le navire dans le port d’Algésiras, dans l’extrême sud de l’Espagne. L’ONG de son côté a repoussé cette offre la jugeant «absolument irréalisable». Ce port est trop loin, à sept jours de navigation, et «l’urgence humanitaire» des migrants est trop grande. Pour l’instant, l’ONG ne s’est pas prononcé sur une nouvelle proposition espagnole de faire débarquer les migrants dans les îles Baléares.

Quant à l’Océan Viking, il navigue sans objectif entre Malte et l’Italie, en espérant que la situation se débloque pour les 356 migrants dont 103 migrants qui se trouvent à son bord depuis 12 jours. Malte et l’Italie, les pays les plus proches, ont été sollicités. La Valette a refusé tout débarquement. L’Italie ne l’a pas encore fait formellement, mais le commandant du navire prend soin de ne pas entrer dans les eaux italiennes. Il risquerait une amende d’un million de dollars et de voir son embarcation confisquée, en vertu d’un décret sécuritaire adopté le 6 août dernier par le parlement italien.

François Dumont est responsable de la communication pour Médecins sans frontières qui affrète l’Ocean Viking avec SOS Méditerranée. Il revient sur la vie à bord, les conditions des migrants, leur appréhension de la situation. Il nous explique également pourquoi il se tourne vers Malte et l’Italie et non un pays tiers.

Entretien avec François Dumont, responsable de la communication Médecins sans frontières

 



Facebook Comments

Leave a Response