Manchester United bientôt racheté par la famille royale saoudienne ?

Le club mancunien susciterait actuellement la convoitise d’investisseurs intimement liés à la famille royale saoudienne. Un intérêt qui illustre la volonté croissante de l’Arabie Saoudite d’investir dans le football. Eclairage.

Manchester United va-t-il changer d’actionnaire majoritaire lors des mois à venir ? A en croire les informations actuellement véhiculées par la presse britannique, le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed ben Salmane, chercherait actuellement à organiser le rachat des Red Devils.

Pour réussir cette opération de rachat évaluée à plus de 3 Mds£, Mohammed ben Salmane pourrait piocher dans la fortune familiale évaluée à plus de 850 Mds£. Plusieurs scénarios seraient actuellement à l’étude pour financer le rachat de Manchester United.

La famille Glazer acceptera-t-elle de vendre Manchester United ?

Club racheté en 2005 par la famille Glazer contre un investissement de 800 M£ – financé via une opération de LBO – cette dernière a toujours réfuté sa volonté de vendre Manchester United. Néanmoins, le montant proposé par les investisseurs saoudiens pourrait infléchir la position de la famille américaine.

D’autant qu’Avram Glazer a régulièrement été aperçu du côté de l’Arabie Saoudite au cours des dernières semaines selon des informations révélées par The Sun. Il doit prochainement prendre part à la conférence « Future Investment Initiative » organisée à Riyad, en compagnie d’importants investisseurs du royaume.

Avant même la révélation de cet intérêt de Mohammed ben Salmane pour Manchester United, le club mancunien entretient depuis plusieurs années des liens étroits avec le pays. Le club possède notamment un partenariat avec « Saudi Arabia’s General Sports Authority » et prend part aux travaux Vision 2030, projet mené par l’Etat saoudien visant à diversifier l’économie du pays.

L’Arabie Saoudite porte un intérêt de plus en plus fort pour le football

Si l’ensemble de la presse britannique a relayé l’intérêt manifesté par des investisseurs saoudiens pour le club mancunien, il convient cependant de rester prudent sur le niveau d’avancement d’éventuelles discussions. Aucune partie prenante n’a confirmé ou infirmé cet intérêt. Et plusieurs projets de reprise de clubs européens par des investisseurs saoudiens ont été annoncés au cours des dernières années sans qu’aucun dossier n’aille au bout jusqu’à présent.

Néanmoins, cette nouvelle marque d’intérêt formulée par la famille royale d’Arabie Saoudite illustre sa volonté de renforcer le poids du pays dans la discipline. D’autant qu’il ne s’agirait pas du premier investissement d’ampleur visé par le royaume. Au mois de juin dernier, la direction de la FIFA a ébruité avoir reçu une offre faramineuse de 25 Mds$ de la part d’entités privées pour obtenir les droits d’une nouvelle compétition interclubs et de sélections nationales. Une offre qui aurait été formulée par des fonds saoudiens selon certaines indiscrétions.

Autre signe annonciateur d’un net (re)gain d’intérêt de l’Arabie Saoudite pour le football : le pays souhaite absolument présenter un candidat lors de la prochaine élection présidentielle de l’AFC (confédération asiatique). Et deux postulants se disputeraient déjà la candidature : Adel Ezzat, ancien président de la fédération saoudienne de football et Sami Al Jaber, ancien joueur international saoudien.

Investir dans le football pour changer l’image renvoyée par l’Arabie Saoudite

Alors que l’Arabie Saoudite ne bénéficie pas actuellement d’une image positive – même auprès de certains de ses alliés – en raison de différents incidents diplomatiques ; la concrétisation d’un investissement d’ampleur dans le football permettrait au pays d’initier une nouvelle stratégie de « nation branding » grâce à la puissance du ballon rond.

Une stratégie qui serait alors directement empruntée à l’allié émirati ainsi qu’au rival qatari. En effet, depuis leurs investissements réalisés respectivement à Manchester City FC et au Paris Saint-Germain, les deux pays ont considérablement développé leur image – et leurs réseaux – à l’international. Un développement que l’Arabie Saoudite surveille avec vigilance, souhaitant conserver sa place de puissance incontournable dans la région.

Le football européen au cœur des luttes d’influence diplomatique ? Le rachat de Manchester United organisé par la famille royale d’Arabie Saoudite confirmerait un peu plus cette hypothèse. Affaire à suivre…



Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here