June 22, 2018

Après qu'elle ait passé plus de deux ans à tête du ministère des travaux publics, Oumou CAMARA a rendu non seulement grâce à Dieu pour tout le service rendu à la nation, et le président Alpha CONDÉ pour la confiance placée en elle. «Je voudrais avant tout, rendre hommage à Dieu le tout puissant et miséricordieux pour avoir inscrit dans mon destin, la possibilité de servir mon pays à ce niveau de responsabilité.
Je remercie vivement Monsieur le Président de la République, le Professeur Alpha CONDE, pour la grande marque de confiance qu’il a bien voulu placer en ma modeste personne pour assumer une telle haute fonction au service de la Guinée.»

A l’occasion de sa prise de fonction au Ministre des Travaux Publics le 6 janvier 2016, Ce secteur se trouvait dans un contexte où plusieurs défis devraient être relevés, tant dans la mobilisation et la gestion des ressources que dans la réforme institutionnelle.
Face donc à ces défis elle déclare: «je me suis engagée à mettre en œuvre une série de réformes prioritaires à court, moyen et long terme notamment :
La mise en place de la formule institutionnelle la mieux adaptée qui garantirait le mieux la performance du système de gestion routière ;
Le renforcement de la capacité humaine, managériale et institutionnelle à travers un vaste programme de formation surtout des jeunes ;
La mise en place des stratégies innovantes pour le financement des travaux routiers (Partenariat Public-Privé, mutualisation des infrastructures, …) ;
La rédaction et l’adoption à très court terme d’une lettre de politique sectorielle définissant les grandes orientations stratégiques du gouvernement et la définition d’un plan d’action prioritaire ;
La mise à jour du document de politique et stratégie sectorielle ;
L’élaboration, l’adoption et l’application effective des textes et lois relatifs à la protection du réseau routier.»
D’autre part, conformément à la vision du Chef de l’Etat et de son Gouvernement, la Dame Oumou CAMARA s'est engagée particulièrement à faire la promotion des jeunes et des femmes une réalité dans le secteur.
Par ailleurs, tout en tendant une main franche à tous les travailleurs, sans aucune exclusion, elle avait également prévenu qu'elle n'aurait de préférence que pour la compétence, l’intégrité et la loyauté.

Pour elle «Ce sont ces engagements qui ont guidé ma démarche managériale durant les 29 mois que j’ai passés à la tête de ce département. Ainsi, mes collaborateurs et moi avons pu réaliser au niveau institutionnel les actions suivantes :
La réforme structurelle du Ministère en l’adaptant aux défis du moment ce qui nous a permis de faire évoluer l’organisation et le fonctionnement de services centraux d’aboutir à un suivi efficace des financements extérieurs et à la protection du patrimoine routier. Les statuts de certains de nos services dont le Laboratoire de Bâtiment et des Travaux Publics, le Centre d’Appui et de Suivi des Entreprises Routières et l’Agence Routière ont été adoptés par le Gouvernement ;
Un vaste programme de renforcement de capacité humaine, managériale et institutionnelle à travers la formation de plus de 200 cadres majoritairement jeunes. La dotation de certains services en véhicules, l’acquisition des équipements de laboratoire, de pesage pour tous les services centraux et déconcentrés. La mise en place des stratégies innovantes à travers le projet pilote de pavage de voirie urbaine à Siguiri, la rédaction et l’adoption de la lettre de politique sectorielle.
La mise à jour du document de la stratégie sectorielle routière, l'élaboration, l’adoption et l’application de la loi portant la protection du patrimoine routier ;
L’actualisation des textes organiques et la promotion des jeunes cadres surtout ceux du projet (rajeunir et féminiser l’administration).»

Selon elle, après sa prise de fonction, en avril 2016, elle a été aussi instruite par le Premier Ministre à travers une lettre de Mission déclinant une série d’activités prioritaires et urgentes, l'ordonnant d’améliorer la gouvernance du secteur pour attirer les financements extérieurs, de remettre à niveau le réseau routier guinéen dont les routes nationales revêtues étaient en état de dégradation très poussée, de lui faire jouer son rôle de porteur de croissance et de développement durable inclusif.

Pour l'accomplissement de ces instructions, elle décide: «nous avons relancé et achevé l’essentiel des grands chantiers qui étaient en difficulté ou en arrêt tels que la 2x2 voies PK36 –Coyah, le pont Kaaka, 63 Km de la RN2, lancé la route de Lola-Frontière Côte d’Ivoire et engagé un programme d’urgence qui a permis d’améliorer considérablement le niveau de service des principaux axes routiers du pays notamment les routes nationales, RN1, Conakry-Kindia-Mamou-Dabola, la RN5, Mamou-Dalaba-Pita-Labé, la RN2 Macenta –Nzérékoré-Lola, Sanoya-Kagbélé-Dubréka d’une part et certaines voies urbaines dont les deux corniches nord et sud de Conakry d’autre part. Les routes nationales revêtues en bon état à peine 16% en 2016 serait aujourd’hui à 50% au moins.
Egalement, nous avons mis en place une nouvelle gouvernance qui a permis non seulement de rationaliser les dépenses dans le secteur mais aussi de redonner confiance aux partenaires techniques et financiers bi et multilatéraux, publics et privés qui se bousculent désormais dans notre secteur.»

Dans la même logique de réalisation, elle énumère ses projets réalisés «A ce titre et pour la première fois dans notre secteur en Guinée, nous avons lancé au moins cinq appels d’offres internationaux la construction des ponts de koussi à Télémélé et Milo à Kérouané, des routes Coyah-Kindia-Mamou-Dabola, de Dabola-Kourroussa, de Kissidougou (PK63)-Gueckedou, de Coyah-Farmoriah, la modernisation de la voirie de Conakry et plus de cinq autres sont en maturité très avancée (la route Boké-Quebo, Kankan-Kérouané-Beyla, Kankan-Mandiana, Labé-Mali-Kedougou, les échangeurs de Hamdallah, Bambeto, Cosa et Enco5 et la corniche nord en 2x2 voies) sur financements extérieurs. Ces acquis effectifs et potentiels devaient nous permettre de réaliser plus de 1.356 Km de routes nationales à l’horizon 2016 -2020 dont le financement de 855Km sont effectivement acquis.
Aussi, nous avons poursuivi la réalisation des chantiers de voirie qui étaient en cours (les villes de haute Guinée, télémélé, Kindia, Gueckedou, …...), lancé plus d’une quinzaine d’appel d’offres nationales sur l’ensemble des réseaux du pays y compris les voiries urbaines du pays (Conakry, Beyla, Lola, Labé, Dalaba, Siguiri, …) et le pavage de voirie de Siguiri qui a connu un succès attesté par Monsieur le Président de la République lors de fête de l’indépendance en Haute Guinée et les routes préfectorales et communautaires.»

Conformément à la vision du Chef de l’Etat qui tient au développement inclusif, plus de mille six cent Km (1.600 Km) ont été lancés pour désenclaver au moins un tiers de nos sous-préfectures et communes rurales.

A propos l’entretien mécanisé, madame la ministre affirme «nous avons réalisé plus de 698 KM de route en terre sur le fonds d’entretien routier dont Labé-Mali, Labé-Tougué, Dabola-Faranah, Boké-Gaoual, Sana-Kérouané, Kérouané-Beyla.»

Au delà de toutes ces réalisations, il faut reconnaitre que beaucoup reste à faire dans le secteur et le chemin est plein d’obstacles et d’embuches. Toutefois, avec plus de détermination et d’intégrité les difficultés seront surmontables.
Selon le ministre sortante, qu'entendre ces résultats, on peut penser que tout a été facile même très facile, loin de là, chacun de ces résultats à été arraché je dit bien arraché par la grâce d’ALLAH le tout puissant, le soutien personnel du Président de la République, le Professeur Alpha CONDE, du Premier Ministre et son gouvernement, de ses collaborateurs qui ont suivi le train des réformes et de la gouvernance et surtout de sa famille, les parents, amis et les citoyens lambda dans les confins de notre pays.

Oumou CAMARA à tout de même reconnu que ces résultats n’auraient pu être obtenus sans le soutien et l’accompagnement des Partenaires Techniques et Financiers notamment, l’Union Européenne, la BAD, la BID, la BADEA, le Fonds Koweitien, le Fonds hollandais, la Chine et la Banque Mondiale, l’Assistance Technique du projet PAST.

Elle dit également avoir bénéficié le soutien des entreprises des Travaux Publics et bureaux de contrôle qui ont su pour l’essentiel s’adapter à la rigueur sur les clauses contractuelles et accepter d’accompagner le programme pour le bien être des guinéens.
Comme l'État est une continuité et l'administration n'est pas l'apanage d'une personne madame Oumou CAMARA a vivement remercié ses collaborateurs.
A l'intention du nouveau ministre entrant, elle l'invite à « insister sur la nécessité de continuer ces réformes pour le développement durable et inclusif de notre pays même si elles sont contraignantes.En outre je vous réitère ma disponibilité et mon soutien inconditionnels , je lui souhaite bonne chance dans la gestion des affaires de ce département. Et je remercie très sincèrement tous mes collaborateurs qui m'ont accompagné pendant ces 29 mois à la tête du ministère des travaux publics.»
Pour clore madame Oumou CAMARA a exprimé sa reconnaissance une fois encore à Monsieur le Président de la République et son gouvernement, a ses parents, amis, collaborateurs et partenaires techniques et financiers pour leurs soutiens inlassables.

Retrouvez à travers les articles l'actualité complète de la Guinée, de l'Afrique et du Monde.

No Comments