Discours de s.e.m. L’ambassadeur Ahmet Yıldız,

Vice ministre des affaires étrangères

de la république de Turquie,

À L’OCCASION DE LA PREMIÈRE CONFÉRENCE DES ÉTATS MEMBRES DE L’ORGANISATION DE LA COOPÉRATION ISLAMIQUE (OCI)

 SUR LA MÉDIATION

(İstanbul, 21 novembre 2017)

S.E. Monsieur le Secrétaire général adjoint,

Excellences,

Participants distingués,

Membres éminents de la presse,

Mesdames et Messieurs,

C’est un grand plaisir de vous souhaiter la bienvenue à la première Conférence des États membres de l’OCI sur la médiation. C’est un honneur de m’adresser à un public aussi représentatif et estimé aujourd’hui. J’apporte également les salutations et les meilleurs vœux du ministre des Affaires étrangères, S.E.M.MevlütÇavuşoğlu.

J’attache beaucoup d’importance à cette conférence. Je connais l’OCI en tant que Consul général à Djeddah et également en tant que diplomate turc à Damas et à Mossoul, où nous assistons aux conflits les plus dévastateurs au monde. Espérons que nous réussirons à trouver des solutions aux conflits dans notre région.

La Turquie a assumé la présidence du Sommet de l’OCI en avril 2016. Depuis lors, la présidence de la Turquie a été guidée par une compréhension: Nos problèmes communs ne peuvent être surmontés que par nos solutions communément développées.

C’est avec cette compréhension que nous avons décidé d’organiser cette conférence.

J’espère que la conférence contribuera aux efforts visant à faire avancer le programme de médiation dans la géographie de l’OCI et à promouvoir une paix durable dans le monde islamique.

Invités distingués,

Il y a la souffrance humaine sous différentes formes partout dans le monde. Malheureusement, le monde musulman ne fait pas exception à cela. Tout au contraire. Comme indiqué dans le rapport SESRIC (Centre de Recherches Statistiques, Économiques et Sociales de Formation pour les Pays Islamiques) de février 2017, intitulé«Crises humanitaires dans les pays de l’OCI»:

« En 2015, 30 des 50 conflits enregistrés dans le monde se sont produits dans les pays de l’OCI … En tant que résultat direct, aujourd’hui les pays de l’OCI représentent 61,5% de toutes les populations déplacées dans le monde.En outre, 71% des personnes qui ont besoin globalement d’aide humanitaire résident dans les pays de l’OCI . »

Ce n’est pas inévitable. C’est entièrement fabriqué par l’être humain.

Tout au long de l’histoire, il y a eu diverses sources internes et externes d’instabilité, de problèmes et de difficultés.

Pourtant, une chose est claire: les défis n’ont jamais été aussi complexes, multiformes et contagieux qu’ils le sont aujourd’hui.

Dans ce contexte, nous n’avons pas d’autre choix que d’agir ensemble dans un véritable esprit de solidarité et de coopération islamiques.

L’Islam est une religion de paix. Notre Prophète (S.A.V.) est un messager de la paix.

Il incombe à l’OCI de diffuser plus efficacement le message de paix.

Comme S.E.M.le Président Erdoğan a déclaré lors du 13ème Sommet Islamique à Istanbul, pour y parvenir:

« Nous devons être uniformes, pas divisés. Nous devons renforcer les alliances, pas les conflits; améliorer les amitiés, pas les animosités. Car ceux qui souffrent de conflits, de compétitions et d’animosités ne sont autres que des musulmans, des pays musulmans.  »

Excellences,

L’OCI est la plus grande organisation internationale après l’ONU en matière de rayonnement géographique et de population. Il est et devrait être la voix de plus de 1,6 milliard de personnes de 57 pays, sur 4 continents.

Grâce à cette nature représentative, l’OCI a un énorme potentiel et un véritable avantage comparatif dans la recherche mondiale de paix et de stabilité.

Pour que ce potentiel devienne réalité, nous avons besoin d’initiatives plus solides dans le contexte du programme mondial de rétablissement de la paix.

La médiation est le bon outil pour le faire. C’est un instrument rentable avec de nombreux avantages.

La médiation est même inscrite dans notre Livre Saint, Al Qur’an al Karim. La Sourate Al Hujurat se lit comme suit: « Si deux partis parmi les croyants tombent dans une querelle, faites la paix entre eux … Les croyants ne sont qu’une seule confrérie: faites donc la paix et la réconciliation entre vos deux frères (rivaux).

La sourate nous appelle aussi à faire de la médiation avec justice.

Conformément à l’appel du Saint Coran al Karim et conscients des avantages de la médiation, la Charte de l’OCI fait déjà référence à la médiation comme moyen de règlement pacifique des différends.

En conséquence, l’OCI a pris des mesures significatives pour une utilisation plus efficace et plus large de la médiation dans notre géographie, le monde islamique.

La Turquie soutient fermement le travail de l’OCI à cette fin.

Nous devons faire un meilleur usage de l’OCI pour le bien de la paix durable et de la stabilité dans notre propre géographie.

Participants distingués,

Afin de régler nos propres problèmes entre nous, deux questions doivent être abordées, également au Moyen-Orient.

L’un est la volonté politique et l’autre est la capacité.

La volonté politique est une question qui peut être abordée au niveau du Sommet. L’Honorable Président de la Turquie considère que c’est un élément clé de notre Présidence.

Une solution que nous proposons est de construire une volonté politique en renforçant les capacités.

Les efforts de la Turquie aux niveaux mondial et régional en sont un bon exemple. Nous aidons à sensibiliser, aider à renforcer les capacités, aider à développer la pensée et la base normative et méthodologique, et de plus en plus, nous aiderons l’application pratique de la médiation.

Laissez-moi vous expliquer.

La médiation est une méthodologie particulière. Il figure à l’article 33 de la Charte des Nations Unies comme l’une des méthodes de règlement pacifique des différends.

L’ONU et un certain nombre d’organisations internationales ont mis en place des unités de soutien à la médiation pour développer la capacité interne de contribuer aux efforts de médiation. Ces unités aident les médiateurs en chef à élaborer un plan de match et à mettre en œuvre ces plans.

L’OCI a également pris des mesures pour institutionnaliser et améliorer ses efforts de médiation. En tant que Président du Sommet, nous appuyons fortement le renforcement de ces efforts.

Nous soutenons également le développement d’une capacité de l’OCI à fournir rapidement un soutien en matière d’analyse et de médiation aux États membres volontaires.

Si les États membres le veulent, l’OCI devrait être capable et prêt à le fournir.

Bien sûr, cette organisation a plusieurs réussites. Nous pouvons nous appuyer sur ceux qui favorisent la paix, la sécurité et la prospérité.

Promouvoir une utilisation plus efficace et plus large de la médiation a été l’un des principaux objectifs de la politique étrangère entreprenante et humanitaire de la Turquie, non seulement au sein de cette organisation, mais sur la scène internationale.

La Turquie s’est efforcée de renforcer le rôle de la médiation dans la prévention et la résolution pacifiques des conflits – à l’ONU, à l’OSCE et dans d’autres instances internationales.

Avec cette compréhension, nous avons lancé l’initiative « Médiation pour la paix» à l’Organisation des Nations-Unies (ONU) et l’avons également transmise à l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE).

La Turquie copréside deux groupes distincts d’Amis de la médiation dans ces deux organisations.

Les activités de ces groupes ont contribué à rehausser le profil de la médiation à l’échelle mondiale.

Depuis sa création, le Groupe à l’ONU a jeté les bases et renforcé les capacités pour de futures initiatives en médiation. J’ai eu le privilège de coprésider certaines des réunions de ce groupe. Ils étaient très utiles et exemplaires.

Le Groupe a fait la promotion de quatre résolutions de l’Assemblée générale jusqu’à présent. Ces résolutions établissent une base normative solide et guident la communauté internationale pour de nouveaux travaux de médiation.

Le Groupe a également contribué à l’édition 2012 du Guide de l’ONU sur la médiation efficace, qui a été un document de référence essentiel pour les personnes travaillant dans le domaine de la médiation.

Le groupe compte aujourd’hui 56 membres, dont l’OCI.

Pourtant, seulement 11 États membres de l’OCI (y compris la Turquie) sont membres de ce groupe. J’appelle également les autres membres de l’OCI à rejoindre le Groupe des Amis de la Médiation de l’ONU.

C’est la première étape que les membres de l’OCI peuvent faire en promouvant la médiation autour du monde.

Deuxièmement, en tant que reflet de l’importance attachée à la médiation, la Turquie accueille également les événements annuels des Conférences d’Istanbul sur la médiation.

Ces événements phares constituent un lieu important d’échange intellectuel entre les principaux praticiens et universitaires dans le domaine de la médiation.

En faisant le point sur les expériences de la communauté internationale, ils créent également de nouvelles possibilités de progrès dans le domaine de la médiation.

En juin de cette année, nous avons accueilli la quatrième conférence d’Istanbul sur la médiation.

La principale conclusion de la conférence était la nécessité d’une perspective plus large et d’une approche globale dans l’utilisation de la médiation aujourd’hui.

Cette approche globale appelle à «une médiation pour le maintien de la paix», par opposition à une compréhension plus limitée de la «médiation pour la résolution des conflits».

En conséquence, la médiation devrait être utilisée à tous les stades du conflit – non seulement au stade du conflit, mais aussi dans les phases précédant et suivant le conflit.

La prévention des conflits mérite notre attention particulière. Nous avons besoin de plus de sensibilisation et de renforcement des capacités en médiation pour améliorer notre capacité à agir sur les conflits potentiels.

Nous devons également maintenir la paix. Cela nécessite de s’attaquer aux causes structurelles des conflits et d’investir davantage dans la résilience et les infrastructures économiques, politiques et sociales.

Un résultat important de la quatrième Conférence d’Istanbul a été l’appel à une utilisation plus large de la médiation, en particulier dans les types de conflits non conventionnels et les tensions provoquées par des animosités politiques, sociales et religieuses telles que la xénophobie et le racisme.

L’OCI a été l’une des principales organisations attirant l’attention sur de tels conflits et s’efforçant de les prévenir et de les résoudre.

Parmi ces efforts figurent la création d’un groupe de contact de l’OCI sur les musulmans européens au Sommet d’Istanbul sur proposition de S.E.M. le Président Erdoğan.

Dans le cadre de notre Présidence, nous avons co-organisé à Istanbul, en coopération avec le Centre de Recherches de l’Histoire, de l’Art et de la Culture Islamique (IRCICA) et le Secrétariat Général de l’OCI, un symposium pour dynamiser l’Observatoire de l’islamophobie les 4-5 avril 2017.

Nous devons inscrire la médiation dans un tel travail.

Fermement centrée sur la compréhension mutuelle et une meilleure communication, la médiation est un instrument clé de nos efforts.

Excellences,

Participants distingués,

Les conflits et les conflits ne se terminent pas d’eux-mêmes. La prévention et la résolution pacifiques des conflits exigent une volonté politique, mais aussi une capacité et une méthode.

Nous, diplomates, sommes ceux qui aident à développer cette capacité afin de transformer la volonté de nos dirigeants en succès.

En tant que Turquie et en tant que Président du Sommet de l’OCI, nous demandons à l’OCI et à tous ses États membres de jouer un rôle plus visible et actif dans les efforts de médiation et d’aider à renforcer la sensibilisation et les capacités.

J’espère que les réflexions d’aujourd’hui seront bénéfiques pour tout le monde islamique et contribueront à la paix et à la prospérité dans notre géographie.

Personnellement, je serai ici pour avoir plus d’idées sur la question et pour transformer ces problèmes en résultats concrets.

Dans le monde islamique, malheureusement, certains conflits simples qui peuvent être évités ou contenus dans les phases initiales se transforment en conflits les plus violents.

La souffrance est importante en Syrie et en Irak. Mes expériences dans ces pays me disent encore que ces conflits pourraient être évités. Peut-être, nous aurions dû établir cette capacité auparavant, mais il n’est jamais trop tard.

J’apprécie vraiment l’opinion de tous les experts. Heureusement, lors de la séance de clôture, nous pouvons tirer des conclusions réalistes concernant le rôle de l’OCI dans la médiation.

Je souhaite tout le succès possible à la Conférence.

Je vous remercie.

Journaliste, Directeur de Publication du site d'information Guineemail.com. Retrouvez à travers les articles, l'autre actualité complète de la Guinée, de l'Afrique et du Monde. Tél : (00224) 657920891.