[Tribune] Comment les banques centrales peuvent propulser les fintechs ? – JeuneAfrique.com

share on:


À Etrilab, incubateur de start-up à Cotonou © Jacques Torregano pour JA


Les fintechs africaines représentent une piste prometteuse en matière d’emploi à condition que les gouvernements africains les aident à monter en puissance grâce à des politiques cohérentes de développement.


Face à l’arrivée prochaine de millions de jeunes sur le marché du travail, le continent s’est mis en quête de secteurs à même de générer des emplois et, si possible, des emplois de qualité. Les fintechs représentent une piste prometteuse en matière d’emploi, à l’exemple de celles qui prospèrent aujourd’hui en Asie. Mais, pour l’heure, les start-up africaines du secteur ne font pas le poids face à leurs concurrentes de l’OCDE soutenues par différents dispositifs publics. La réalité des chiffres est implacable : en 2018, les fintechs du continent ont levé 0,2 dollar par habitant, loin derrière les fintechs américaines (160 dollars), européennes (46 dollars) ou asiatiques (5 dollars).

Favoriser la création d’emplois

Les gouvernements africains doivent donc aider le millier de sociétés du secteur à monter en puissance en déployant des politiques cohérentes de développement. Pour ce faire,








Facebook Comments

Leave a Response