Trump retarde sa taxe sur les smartphones et ordinateurs importés de Chine

Initialement prévue pour septembre, la nouvelle taxe américaine de 10 % sur les smartphones et ordinateurs importés de Chine sera finalement effective en décembre. Une décision destinée à ne pas pénaliser les foyers américains.

Les consommateurs américains peuvent souffler. Le prix des smartphones, ordinateurs et consoles de jeu importés aux États-Unis depuis la Chine ne bougera pas avant décembre. L’administration Trump a annoncé ce mardi 13 août que sa taxe supplémentaire de 10 % initialement prévue pour septembre serait retardée sur la plupart des produits concernés.

Les entreprises s’organisent pour contrer les taxes

« Certains produits sont enlevés de la liste à cause de raisons de santé, de sécurité nationale et d’autres facteurs et ne seront pas éligibles aux frais de douanes supplémentaires de 10 % », explique ainsi un communiqué du Bureau du représentant américain au commerce (USTR). Les smartphones, ordinateurs et autres consoles de jeux seront concernés le 15 décembre prochain. Cette décision a été prise après une longue « écoute de l’opinion publique » explique l’USTR. L’objectif étant de ne pas pénaliser les citoyens américains avec une hausse importante des prix des produits qu’ils consomment. En attendant, certaines entreprises s’organisent pour relocaliser leurs chaînes de production. Foxconn a ainsi expliqué pouvoir fabriquer les iPhone hors de Chine. Et dans le jeu vidéo, Sony, Microsoft et Nintendo se sont unis pour faire front contre cette nouvelle taxe.

Ce pas en arrière du gouvernement américain montre toute la complexité des négociations sino-américaines. Cela fait désormais des mois que Donald Trump et Xi Jinping tentent de trouver un terrain d’entente. Et les techniques du 45e président des États-Unis connaissent des fortunes diverses. L’embargo sur Huawei ne semble pas encore pénaliser l’entreprise chinoise, qui reste sur un excellent 2nd semestre 2019. En revanche, il a fait perdre des millions de dollars à ses partenaires outre-Atlantique. À la suite de la décision d’opérer un embargo sur Huawei, le 17 mai dernier, les États-Unis avaient offert un sursis de trois mois à Huawei pour qu’il puisse continuer de travailler avec les entreprises américaines, et que celles-ci puissent amorcer la transition. Ce sursis se termine le 16 août prochain. À partir de là, beaucoup de choses peuvent changer. Mais il faudra attendre encore quelques jours pour en savoir plus.



Facebook Comments

Leave a Response