Tunisie : compte-rendu de la Mission d’information et de contacts de la (…)

share on:

À l’invitation des autorités tunisiennes, Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de la Francophonie, a dépêché une mission d’information et de contacts (MIC) qui s’est déployée en Tunisie à l’occasion du premier et du second tour de l’élection présidentielle anticipée tenus respectivement les 15 septembre et 13 octobre 2019, ainsi que pour les élections législatives du 6 octobre.

Conduite par Sorin Cîmpéanu, ancien Premier ministre de Roumanie, Député membre de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), et Président de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), cette mission a mobilisé une quinzaine de personnalités et d’experts de haut niveau (parlementaires, ambassadeurs, responsables d’institutions électorales, juristes, universitaires, experts du secteur des médias et des droits de l’Homme, etc.) issus d’une douzaine d’Etats et gouvernements de la Francophonie.

La Mission de la Francophonie a échangé à plusieurs reprises avec les autorités nationales tunisiennes, ainsi qu’avec les institutions impliquées dans l’organisation, le déroulement et le contrôle des élections. Elle s’est entretenue avec plusieurs candidats à l’élection présidentielle, des représentants de formations politiques engagées dans le processus électoral, des acteurs de la société civile et du secteur des médias et de la recherche. La Mission a en outre été reçue par le Groupe des Ambassadeurs des Etats et gouvernements membres de la Francophonie représentés en Tunisie. Elle a enfin entretenu une concertation étroite avec les autres missions internationales d’observation.

Les jours de vote, la MIC, présente dans six circonscriptions sur le territoire tunisien et une cinquantaine de bureaux de vote, a pu constater la sérénité avec laquelle les citoyens se sont déplacés aux urnes ainsi que le bon déroulement des opérations de vote, de dépouillement et de compilation des résultats.

Les premiers constats suivants ont été relevés par la MIC de la Francophonie :

  • les efforts entrepris par l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) pour favoriser l’enregistrement des électeurs sur les listes électorales qui ont permis d’augmenter significativement le nombre d’inscrits ;
  • l’organisation ordonnée et transparente du processus par les autorités et institutions tunisiennes, en particulier par l’ISIE, et ce malgré la modification du calendrier électoral et la tenue anticipée de l’élection présidentielle ;
  • l’organisation pour la première fois de débats télévisés contradictoires entre les candidats à l’élection présidentielle ainsi qu’entre certaines listes concourant aux élections législatives ;
  • la couverture pluraliste des élections et la contribution de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) dans ce sens, mais aussi les difficultés rencontrées en matière de couverture équitable des campagnes électorales par certains médias privés ainsi qu’en matière de contrôle de la publicité politique sur les réseaux sociaux durant le processus électoral ;
  • la forte présence des femmes et des jeunes parmi les membres des bureaux de vote, ainsi que le déploiement d’organisations d’observation nationale issues de la société civile et de représentants des partis et des candidats accrédités par l’ISIE qui ont pu travailler dans de bonnes conditions, illustrant l’appropriation réussie des pratiques civiques et électorales ;
  • la participation des électeurs aux scrutins qui, si elle a été plus modeste qu’en 2014 pour les élections législatives, a été plus forte à l’élection présidentielle notamment lors du deuxième tour où 3 892 085 électeurs se sont déplacés (soit un taux de participation de 55%) ;
  • le déroulement dans le calme des opérations de vote ;
  • le caractère libre, transparent, intègre et fiable des élections, servi notamment par l’indépendance et l’impartialité dont a fait preuve l’ISIE ;
  • le sens des responsabilités et de l’intérêt général manifesté par les autorités et acteurs politiques tunisiens qui contribue pleinement à l’enracinement de la démocratie dans cet Etat membre fondateur de la Francophonie.

La Mission a pu noter que les résultats provisoires publiés le 14 octobre 2019 par l’ISIE démontrent que les Tunisiennes et les Tunisiens se sont prononcés clairement en faveur d’un candidat, M. Kaïs Saïed, avec 72,71% des suffrages exprimés. Lors des échanges qu’elle a pu avoir avec ce candidat, la MIC a pu noter l’intérêt de M. Kaïs Saïed pour le Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Francophonie marquant le cinquantième anniversaire de l’organisation qui se tiendra en 2020, ainsi que son appréciation pour la solidarité active au sein de la Francophonie. Il a exprimé sa détermination pour l’inscription de la Tunisie, Etat membre fondateur de la Francophonie, dans la continuité des engagements internationaux que son pays a pris.

Engagée depuis 2011 aux côtés de ses partenaires tunisiens en faveur de la consolidation du processus démocratique, la Francophonie réitère sa pleine disponibilité pour poursuivre et approfondir cet accompagnement en lien avec les nouvelles autorités.

La délégation de la Francophonie tient enfin à remercier la population tunisienne pour l’excellent accueil qui lui a été réservé, ainsi que les autorités nationales qui ont facilité son déploiement et son travail sur le terrain.

Ces premières conclusions seront développées et consolidées dans un rapport final destiné à la Secrétaire générale de la Francophonie ; ce rapport formulera des recommandations – à l’endroit des partenaires tunisiens et de la Francophonie – mettant en exergue les bonnes pratiques relevées et visant à consolider le dispositif juridique et organisationnel des élections ainsi qu’à contribuer à l’approfondissement du cadre démocratique en Tunisie, conformément aux engagements de la Déclaration de Bamako (2000).



Facebook Comments

Leave a Response