« Peuple de Guinée, tu connais mon attachement à la paix. J’en ai donné des preuves. Mais ma patience a des limites. C’est pourquoi, je dis haut et fort, l’UFDG n’acceptera pas des résultats truqués. On se battra pour faire triompher la vérité des urnes. Mobilisez-vous».

Ces mots au ton singulier, sans ambiguïté, sont de Cellou Dalein Diallo. Le décor est planté. Les rideaux levés. Les lumières allumées. Les acteurs peuvent entrer sur scène. Ceux qui croient que la spoliation des voix du peuple peut continuer se trompent. Dommage pour mon cher ami Damantang qui porte la parole de menace. Ceci n’ébranlera pas la mobilisation du peuple. Désolé, frangin, de te voir embourbé dans un « devoir » complètement regrettable. Vois- tu, mon frère, j’ai envie de m’exclamer quel extraordinaire pays où les victimes d’hier deviennent les bourreaux d’aujourd’hui ! C’est à croire qu’une graine revancharde se loge insidieusement, malicieusement dans notre cerveau, nous faisant oublier les valeurs qu’on a défendues, dès qu’on accède au pouvoir. Mais c’est aussi ça la Guinée. C’est comme ça. Chacun fait ce que bon lui semble, lorsqu’il est investi d’une once d’autorité.
Aujourd’hui, vous faites partie de ceux qui ont droit de vie et de mort sur les pauvres citoyens guinéens. Vos forces de l’ordre sous ordre tuent tous ceux qui veulent exercer leurs libertés. Vos institutions inféodées crachent sur nos lois. En toute impunité. Ainsi donc quitus est-il donné à vos sbires de violer, incendier les concessions d’autres citoyens. Ne se satisfaisant pas de détruire les biens, vos loubards prennent du plaisir à ôter la vie. Sept morts déjà en plus des quatre-vingt-trois fauchés à la fleur de l’âge. Sept ans que dure la loi de la matraque, du flingue, que dis-je de la kalache. En toute impunité. Mais sachez que le Général vient de donner le ton. Les troupes n’ont plus d’autre choix que d’obéir. D’ailleurs, en réalité, ce sont les troupes qui ont donné l’ordre. Le Général est dans l’obligation de suivre la voix de ceux qui ne veulent plus continuer à être écrasés. En toute impunité.
Cellou Dalein Diallo a jusqu’ici fait preuve de responsabilité. Même lorsqu’il était acculé par ses militants qui exigeaient de lui plus de fermeté, il a décidé de mettre en avant la paix et la quiétude sociale. Beaucoup de personnes l’ont ici ou là accusé de mollesse, de faiblesse. Mais pour un homme qui porte ses concitoyens dans son cœur, qui ne veut pas rajouter à leur pauvreté la confrontation et l’instabilité, il faut d’abord épuiser tous les recours. Donner le gage de sa bonne foi, pour ne pas être taxé d’extrémiste. Il a réussi, tant bien que mal, à convaincre ceux qui lui sont restés fidèles et loyaux. Trois élections se suivent, le RPG a continué à se déclarer vainqueur. En toute illégalité. S’il y a eu trois, il ne peut y avoir de quatre. Dans un pays où l’on subit les douleurs de la haine et de la division, l’UFDG a toujours privilégié le dialogue, même lorsqu’elle n’était pas convaincue de la volonté du Président de la République à tenir ses engagements. Les martyrs se sont empilés. Les deuils se sont succédés. Les pleurs ont résonné. Dans les quartiers, la tristesse a flambé. Le clan lui s’est enrichi. Outrageusement. Insolemment. En toute illégalité.
Nos gouvernants, de plus en plus antidémocratiques, croient-il que le peuple va continuer à se résigner, courber l’échine, laisser claquer sur son dos lacéré le fouet de l’autocratie ? Il faut qu’ils comprennent que les temps des injustices et de l’arbitraire sont révolus.
Cellou Dalein n’a pas d’autre choix que de répondre à l’injonction du peuple, afin que les acquis démocratiques soient défendus, maintenus, préservés. Le peuple lui intime de choisir : soit il résiste et il le suit ; soit il se défile et il l’abandonne. En tous cas, il est désormais inenvisageable qu’on consentisse autant de sacrifices, s’il faut qu’au dernier moment le chef laisse des corrompus nous chaparder notre victoire. Comme on dit chez mes oncles, quelqu’un ne va pas siffler jusqu’à s’offrir une vache, et laisser un autre la lui piquer juste qu’il a allongé la bouche. Le peuple a compris.
Que le pouvoir sache que nous avons bien repéré ses manigances pour manipuler les résultats : donner une courte avance à l’UFDG devant le RPG ou l’inverse, en permettant un troisième embusqué à glaner des voix qui assureront le parti au pouvoir, par le jeu des alliances, le contrôle des mairies. On a tout compris. Cette supercherie est très révélatrice de l’échec d’une gouvernance médiocre, qui veut dorénavant gagner par un tour de passe-passe complètement ringard.
Terminons en rappelant à nos autorités qui claironnent à tue-tête partout qu’il est nécessaire de maintenir la quiétude, répondons ceci : qui veut la paix ne prépare pas la guerre. Et rajoutons : « dirou dirou, kö haa ka maadi » !

Souleymane Thiâ’nguel BAH
Secrétaire National Chargé de l’Information et de la Communication
Coordonnateur de la Cellule de Communication de l’UFDG

GUINEEMAIL.COM est un site d'information en continu sur la Guinée et le Monde. Il a été fondé en Guinée. C'est l'une des meilleures sources d'info et d'actu en Guinée. Retrouvez les analyses, les scoops, les informations, les actualités, les statistiques, les interviews, les vidéos, les photos, les audio et tout ce qu'il vous faut. Guinéemail.com ou informer autrement! contact@guineemail.com