Vote en cours aux élections législatives en Tunisie | Nouvelles

share on:

Tunis, Tunisie – Le vote est en cours en Tunisie, où près de sept millions de personnes ont le droit de voter aux élections législatives, un scrutin législatif qui devrait se terminer sans vainqueur.

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche à 8 heures. heure locale (07h00 GMT) en présence d'observateurs locaux et internationaux, y compris d'experts régionaux et de diplomates.

Il s'agit du deuxième vote de ce type depuis l'adoption de la Constitution tunisienne en 2014 après le renversement de trois ans de Zine El Abidine Ben Ali. plus tôt. Ben Ali, qui a régné pendant 24 ans avant le soulèvement civil de 2011 l'a forcé à fuir, est décédé le mois dernier en Arabie saoudite.

Alors que la Tunisie est souvent citée comme l'unique succès à venir À l'issue du printemps arabe, les élections se tiennent dans un contexte de flambée des prix des produits alimentaires, d'une inflation et d'un taux de chômage supérieur à 15%.

Les résultats préliminaires seront annoncés le 10 octobre et les résultats officiels le 17 novembre. deux mois pour choisir un Premier ministre et former un nouveau gouvernement.

Test pour les partis établis

Plus de 1 500 listes et 15 000 candidats se présentent pour 217 sièges, des partis politiques enregistrés et des indépendants se disputant le contrôle de la chambre unique.

Les sondages d'opinion ont été interdits, mais les résultats vont probablement refléter l'élection présidentielle du mois dernier, au cours de laquelle les nouveaux venus, Kais Saied et Nabil Karoui, se sont dirigés vers un second tour alors que les Tunisiens tournaient le dos à la tête. l'élite politique du pays.

Les indépendants joueront "certainement de bons résultats en raison du recul de la politique traditionnelle", a déclaré Sarah Yerkes de Carnegie, un groupe de réflexion basé à Washington,

. Yerkes a déclaré qu'Ennahdha – actuellement la plus grande force du parlement tunisien – et Qalb Tunis de Nabil Karoui pourraient également bien s'en tirer "en raison de leur soutien populaire".

Un tiers des listes sont indépendantes, alors que le résultat présidentiel suggère que des partis traditionnellement puissants tels que Nidaa Tounes traînent derrière. Jamais auparavant le résultat législatif de la Tunisie n'avait été aussi imprévisible.

Face à l'incertitude, les experts s'accordent pour dire qu'aucune liste ne remportera les 109 sièges nécessaires à la direction du Parlement, ce qui aboutira à une coalition de blocs. Cela pourrait à son tour rendre plus difficile la constitution d'un gouvernement par le Parlement, ce qui constituerait un obstacle inutile dans un pays aux prises avec une multitude d'autres problèmes sociaux.

"Personne ne travaille pour les intérêts du pays", a déploré un jour. Chauffeur de taxi âgé de 39 ans qui a demandé à rester anonyme. Il ne savait toujours pas pour qui voter, admettant avoir été submergé par le nombre impressionnant de pamphlets de campagne en circulation. "Les hommes politiques sont la pire partie de la Tunisie", a-t-il déclaré, reflétant le sentiment de déception généralisé dans le pays.

"Le bien du pays"

Dans les environs de la corniche de Sousse, dans le golfe de Hammamet, votant les bureaux de vote étaient toujours vides à 10h.

Une femme, la serveuse Amal, âgée de 29 ans, a déclaré qu'elle avait voté pour le parti Free Destourian d'Abir Moussi.

"J'ai voté pour elle parce que c'est elle qui fera face au parti Ennahdha, elle ne s'alliera jamais avec eux", a-t-elle déclaré à propos de Moussi, un ancien responsable du parti démocrate dissous de Ben Ali. Parti du Rassemblement Constitutionnel (RCD).

"Elle contribuera également à la promotion des droits des femmes, je l'ai entendue l'autre jour à la radio raconter qu'elle adopterait une loi pour empêcher les gendres d'hériter de ce qui appartient à la mère – en loi."

Elle a déclaré qu'elle voterait pour le magnat des médias détenu, Nabil Karoui, au second tour de l'élection présidentielle, car il "était déjà riche" et se concentrait sur l'aide aux pauvres et sur la croissance économique.

Bechir Korbi, un plombier âgé de 34 ans, a déclaré qu'il avait voté pour Ennahdha parce qu'il pensait qu'ils offraient le meilleur programme.

"Je n'ai pas assisté à leurs réunions ni regardé leurs débats, mais je sais qu'ils ont un bon programme. Nous en discutons avec mes amis lorsque nous nous rencontrons", a déclaré Korbi à Al Jazeera.

"J'ai voté pour Saied au premier tour et je voterai pour lui à nouveau. Je ne suis pas impliqué dans la politique, je veux juste le bien du pays … Je sais qu'Ennahdha fera ce qu'il y a de mieux pour le pays "

L'économie est la priorité absolue

Dans Cite Ettadhamen, où le chômage, la criminalité et la consommation de drogue abondent, les politiciens ne tardent pas à capitaliser sur les souffrances de la population.

[1965 À un coin de rue, de jeunes hommes et femmes vêtus des couleurs rouge et blanche du parti Al Amal promettaient une meilleure éducation et des soins de santé plus faibles, ainsi que le chômage.

"Le plus important, c'est le chômage , beaucoup de jeunes diplômés mais sans emploi ", a déclaré Yosra, qui ne souhaitait pas donner son nom complet, en remettant un pamphlet de campagne aux passants.

Mais certains résidents sont restés sceptiques. "Les gens n'ont pas assez d'argent pour penser à la politique", a déclaré Saber Werfelli, un jeune propriétaire de café. "La plupart des gens ont faim, si vous leur donnez de la nourriture, vous les gardez au calme."

Trouver une solution au chômage, la flambée des prix des produits alimentaires et l'inflation reviendront à la législature et au nouveau Premier ministre président, dont le mandat est limité aux affaires étrangères, à la défense et à la sécurité nationale.





Facebook Comments

Leave a Response