Edward Snowden demande de nouveau l’asile politique en France

3

Edward Snowden, le lanceur d’alertes mondialement connu pour avoir dévoilé les programmes d’espionnage de masse des États-Unis, a donné une interview à France Inter dans laquelle il réitère son envie de se voir offrir l’asile politique en France.

Mémoires vives

Interrogé sur France Inter ce lundi 16 septembre à l’occasion de la sortie de son livre Mémoires vives (Le Seuil), Edward Snowden a de nouveau demandé (timidement) l’asile politique au gouvernement français.

Le lanceur d’alertes réfugié à Moscou depuis 2013 a expliqué le sourire aux lèvres : « J’aimerais bien qu’Emmanuel Macron m’invite », avant d’ajouter qu’il est triste que le seul endroit ou un lanceur d’alerte puisse s’exprimer sur ces sujets « ne soit pas en Europe. » Pour Snowden, le blâme ne se limite pas à la France, « c’est le système occidental dans lequel on vit » qui est déficient, « protéger les lanceurs d’alerte n’est pas un acte hostile envers les États-Unis, c’est une main tendue en amitié vers tous les alliés qui ne sont pas au niveau de leurs valeurs« , poursuit Snowden.

Francophone grâce à quelques années passées à Genève pour le compte du gouvernement américain, Snowden avait déjà émis une même demande en 2013, après avoir révélé les secrets de l’espionnage de masse du gouvernement américain. À l’époque, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls s’était prononcé contre par deux fois, en juin puis en juillet 2014. Sans donner beaucoup d’informations, un communiqué de presse du ministère de l’Intérieur expliquait : « La France a reçu, comme beaucoup d’autres pays, par l’intermédiaire de son ambassade à Moscou, une demande d’asile de M. Edward Snowden. Compte tenu des éléments d’analyse juridique et de la situation de l’intéressé, il n’y sera pas donné suite.« 

Nathalie Loiseau pour l’accueil de Snowden

Techniquement, c’est moins l’asile politique qui lui a été refusé à l’époque — cette décision revient à l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) — que l’entrée sur le territoire français. On devine derrière ce refus, la volonté de ne pas se brouiller avec Washington qui encore aujourd’hui accuse Snowden d’espionnage. Interrogé plus tôt sur la même antenne, Nathalie Loiseau candidate LREM s’est prononcée pour l’accueil de Snowden sur le territoire français arguant qu' »Edward Snowden a rendu service à l’humanité » et qu’il « serait heureux qu’il soit en Europe » pour éviter « d’être en décalage complet avec les valeurs que l’on porte. » L’élu n’a pas oublié pour autant de rappeler le rôle de l’OFPRA dans le processus.

Crédit : Mike Mozart -Flickr (CC BY 2.0)

Crédit : Mike Mozart -Flickr (CC BY 2.0)

À l’occasion de l’entretien sur France Inter, Snowden a aussi affirmé qu’il n’était pas trop tard pour échapper aux griffes des Gafam et a également dénoncé l’érosion des libertés dans le monde et en France, en pointant notamment du doigt les récentes lois sur la programmation militaire et la haine en ligne.

Source : France Inter







Facebook Comments

Leave a Response