Guinée: « Les organisations de la société civile ne sont pas des modèles de démocratie…», Dixit Kefing Kouyate

La Plateforme  » alliance Futuriste » continue sa consultation après Pita c’est autour de Labé ce vendredi dans la salle de conférences de la préfecture. Cette consultation vise à sensibiliser, et informer les communautés pour l’adhésion a la nouvelle constitution. Devant les plateformes de la société civile , des femmes et les associations de jeunes, Kefing Kouyate, vice-président charger des programmes, a expliqué les avantages et certaines anomalies liées à l’actuelle constitution, avant de lancer un appel d’acceptation au dialogue et à la concertation pour la paix.

Dans son intervention, Kefing Kouyate affirme ceci: « depuis l’arrivée du Pr Alpha Conde au pouvoir, nous avons constaté beaucoup de manquement et d’anomalie. Il a dit pourquoi nous aimons aller en dialogue ou des accords politiques pourtant nous avons des lois qui définissent leurs fonctionnements, pourquoi ces leaders politiques ne sont pas prêts à soutenir cette constitution et dire au président de la République non respectons la loi, eux-mêmes ils sont d’accord pour qu’on aille d’accord politique en accord politique. Parce que selon notre analyse, ils savent pertinemment que notre constitution est défaillante, ils se servent des défaillances de cette constitution pour aller en accord politique», a-t-il dit.

Et d’ajouter: «Nous, en tant que jeunes et femmes nous devons être plus objectifs, nous devons analyser la situation pour mieux cerner et voir l’angle que nous devons adopter. La constitution n’est pour personnes, il n’appartient à personnes, elle n’appartient ni à l’opposition, ni à la mouvance, la constitution c’est le peuple, c’est au peuple de décider le contenu de la constitution», a-t-il ajouté.

Revenant sur le cas des plateformes de la societe civile, il dira ceci: « J’ai été l’administrateur technique du balai citoyen pendant (4) ans, pratiquement la 3e personnalité du balai citoyen.  Vous savez ce qui a été nos points de discorde? C’est la non-participation au dialogue, il prend une position figée et je lui ai dit moi je ne prends pas une position figée, l’essentielle il faut écouter surtout quand tu es responsable d’une organisation de la société civile, tu ne dois pas faire une prise de position. En Guinée, les organisations de la société civile ne sont pas des modèles de démocratie, si nous prenons par exemple toutes les organisations de la société civile, leurs mandats sont expirés, mais ils n’organisent jamais des élections. Demandons à ceci qu’on aille au referendum et fait en sorte que l’ensemble des mandats électifs en Guinée soit limité ».

Pour terminer, il lance un appel aux citoyen: «Nous ne sommes pas pour la violence, nous voulons que le peuple soit libre de s’exprimer à ses vœux. Ceux qui s’agitent à Conakry en disant, qu’il n’y a pas de dialogue, ce n’est pas ça la démocratie, la démocratie veut qu’il y ait le dialogue, qu’il y a la concertation et la compréhension. Le Sénégal vient de changer, la Côte d’Ivoire aussi, pourquoi nous on s’agite, je ne vois pas d’intérêt», a-t-il conclu.

Mamadou Bah

 

Facebook Comments

Leave a Response