LaMarcus Aldridge ne portera plus le maillot des San Antonio Spurs. La perspective de playoffs et la fin de son contrat dans quelques mois n’ont rien changé. “LMA” veut partir et les Spurs sont persuadés de pouvoir se passer de lui désormais. On ne sait pas encore s’il s’agira d’un trade – la contrepartie ne sera pas énorme mais les Spurs sont confiants – ou d’un buy-out, mais il est certain que le profil et l’expérience d’Aldridge plairont à quelques équipes ambitieuses.

Les Los Angeles Lakers

Les Lakers ne s’en cachent pas franchement : ils sont en quête d’un intérieur pour renforcer leur raquette un peu trop légère par rapport à celle de l’an dernier. Outre la blessure d’Anthony Davis évidemment problématique, les départ de Dwight Howard et JaVale McGee ont fait du mal. Marc Gasol n’a pas du tout l’impact espéré et il est probable que Rob Pelinka cherche une recrue pour répondre à ces manques. LaMarcus Aldridge n’est pas un rim runner du type Howard, McGee ou Andre Drummond, qu’ils espèrent récupérer via un buy-out, mais il a l’expérience et l’apport offensif suffisants pour être une belle plus-value. Les Lakers n’ont pas énormément de choses à offrir pour un trade, en revanche.

Les Boston Celtics

Boston dispose d’une trade exception grâce à Gordon Hayward et n’aurait guère de mal à supporter l’arrivée de LaMarcus Aldridge. Là non plus, ce n’est pas un secret, Boston est déficient à l’intérieur, surtout dans l’optique de playoffs où le trio Tristan Thompson-Daniel Theis-Robert Williams pourrait avoir du mal à exister.

Brad Stevens saura très certainement offrir à “LMA” un rôle à sa mesure où son scoring, même à 35 ans, et son expérience, seront des armes intéressantes pour que les Celtics puissent faire leur trou à l’Est en playoffs. Jayson Tatum et Jaylen Brown sont forts, mais du renfort en production offensive ne serait clairement pas de trop. Au hasard, entre 13 et 15 points par match de la part d’un vétéran reboosté capable de shooter à mi et longue distance…

LaMarcus Aldridge et les Spurs, c’est fini !

Les Portland Trail Blazers

A l’époque où LaMarcus Aldridge est parti de Portland, c’est en partie l’ascension impossible à freiner de Damian Lillard qui avait un peu heurté son ego. Les deux hommes se sont rabibochés rapidement et ont même évoqué plusieurs la possibilité de rejouer ensemble un jour. Est-ce que le moment ne serait pas venu ? Les Blazers sont décimés et l’arrivée d’un intérieur expérimenté et qui connaît aussi bien la maison qu’Aldridge serait idéale.

Attention à ne pas trop se déplumer dans l’opération, mais ce comeback aurait du sens et aiderait, là aussi, Lillard à avoir un petit peu moins de responsabilités sur ses pourtant larges épaules. Tant qu’on ne sait pas quand CJ McCollum et Jusuf Nurkic reviendront, ni dans quel état ils seront dans un premier temps, récupérer “LMA” devrait être un objectif prioritaire.

Le Miami Heat

L’une des premières équipes à être venue aux renseignements après les déclarations de Gregg Popovich, c’est le Heat. Miami va mieux après un début de saison calamiteux et des pépins liés au Covid, notamment pour Jimmy Butler. Néanmoins, le poste 4 est probablement celui sur lequel Erik Spoelstra est le moins fourni, sans manquer de respect à Kelly Olynyk ou à Moe Harkless (qui est un 3 de formation). LaMarcus Aldridge apporterait des choses qui manquent dans ce secteur aux Floridiens, même s’il restera à voir s’il peut s’adapter à la façon de faire de Spo et à la mentalité “tough” prônée par le Heat. Meyers Leonard, l’un des postes 4 de la rotation, vient d’être mis à l’écart pour les raisons que l’on sait et un renfort semble dans tous les cas indispensables. Si c’est un ancien All-Star avec un peu de jus, c’est encore mieux.

L’équipe qui aurait dû attendre : Brooklyn

En voyant LaMarcus Aldridge être mis sur le trading block, on se dit que les Nets auraient sans doute dû attendre un tout petit peu… Blake Griffin est arrivé et les interrogations sur son utilisation et sa capacité à être utile sont nombreuses. Avec Aldridge à la place de Griffin, il y aurait sans doute eu un peu plus de certitudes. Lorsque les défenses se concentreront sur le trio Kevin Durant-Kyrie Irving-James Harden, les deux autres joueurs sur le terrain seront libres comme l’air pour shooter à mi et longue distance.

Griffin devra montrer qu’il est capable de faire mouche dans ces situations, comme lors de sa première saison à Detroit. Pour Aldridge, malgré son net recul sur le plan de la mobilité, le doute aurait été nettement moins grand. Ouvert, on l’imagine complètement rentrer la plupart de ses tirs, tout en étant encore très correct au rebond. Ce sera à Griffin de prouver aux Nets que leux choix de dégainer tout de suite pour le recruter était le bon.

 





.

SHARE