Affaire de faux contrat à la SONAP/ le DG Amadou Doumbouya précise: « le contrat que réclame l’entreprise XF Petroleum et Engineers Limited est signé en catimini. »

0
89343

La société nationale des pétroles SONAP n’a aucun contrat d’importation XF Petroleum. C’est un démenti qui vient jeter un premier doute sur la véracité de cette affaire qui défraie la chronique dans la cité depuis la publication d’un article de presse publié dans les médias.

L’affaire fait sensation dans la cité depuis plusieurs jours, Famourou Kourouma, ancien directeur général de la Société nationale d’importation des Pétroles, (SONIP) est au centre d’une sordide affaire de signature d’un contrat au nom de l’Etat sans l’aval de ses responsables.

Nommé au mois de Décembre 2021 par le président de la transition, Colonel Mamadi Doumbouya à la tête de la nouvelle société nationale des pétroles SONAP, Amadou Doumbouya s’inscrit dans la droite ligne du comité national du rassemblement pour le développement (CNRD).

Dans son souci de mettre fin aux anciennes pratiques malsaines dans le secteur pétrolier guinéen, le nouveau patron de la SONAP fait face une nébuleuse depuis quelques jours. Une société dénommée XF Petroleum et Engineers Limited réclame un contrat qui a été signé à l’époque par l’ancien directeur général de la Société nationale d’importation des Pétroles (SONIP) .

Dans une de nos précédentes publications, l’ex DG de la (SONIP) à nier à bloc ses accusations portées à son encontre.

Selon nos informations, c’est le 10 mai dernier que Eric Agyemang, Directeur général de XF Petroleum et Engineers Limited a écrit au Directeur de la (SONAP), Amadou Doumbouya. Dans ce courrier, il est demandé au patron de la SONAP d’honorer ses engagements contractuels dans le cadre de l’importation des produits pétroliers avec sa société. Un Contrat d’importation XF Petroleum/SONAP qui, selon le courrier, est signé entre le 5 novembre 2021 entre les deux entités.

Dans un décret diffusé à la Télévision nationale, le président de la République a Créé en décembre dernier, la Société nationale des pétroles (SONAP), quelques mois après elle reçoit des réclamations d’argent d’un contrat qui aurait été frauduleusement signé, le 05 novembre 2021 par l’ex DG de la SONIP.

Contacté par notre rédaction, l’actuel directeur général de la (SONAP) apporte des précisions.

 

« En 2021, comme l’exige la loi en matière de marché public, la SONIP qui devait assurer la charge du monopole d’importation du pétrole à compter du mois de novembre 2021, avait officiellement lancé un appel d’offres pour la fourniture de produits pétroliers (essence, gasoil, et jet A1) en République de Guinée pour deux ans (‪2021-2023‬). Le dépouillement de cette consultation s’est effectué le 5 août 2021 et avait retenu ADDAX ENERGY comme adjudicataire. La validation de cette adjudication qui devait aboutir à la signature du contrat entre SONIP et ADDAX, était en cours à la Présidence de la République, lorsque sont survenus les évènements du 05 septembre 2021. Mais en l’absence d’un contrat signé ADDAX/SONIP, et pour éviter une rupture d’approvisionnement du pays, pendant cette période charnière, le CNRD avait autorisé la signature d’un avenant prorogeant le contrat alors en vigueur entre ADDAX et les Marketers pour une période allant du 1er novembre 2021 au 30 avril 2022 (6 mois). La Société XF Petroleum n’était pas parmi la liste des traders consultés ou soumissionnaires »
Quand la SONAP a été créée le 3 décembre 2021, il n’y avait donc un seul contrat légal et officiel, qui est l’avenant N°2 du contrat d’importation ADDAX/MARKETERS signé le 18 septembre 2021. A la fin dudit contrat, la SONAP a lancé en février dernier un appel d’offre d’importations des produits pétroliers de mai 2022 à avril 2024. Et c’est la société SAHARA qui a été retenue pour approvisionner la Guinée pendant pour les deux prochaines années.

 

Avant de préciser, que le contrat que réclame l’entreprise XF Petroleum et Engineers Limited est signé en catimini et dans la plus grande opacité par l’ex DG de la SONIP, alors que le CNRD après sa prise du pouvoir avait demandé à tous les patrons des sociétés publiques et régies financières de signer aucun contrat et d’assurer les affaires courantes .

« Aucun directeur d’une entité publique n’avait le pouvoir de signer, sans autorisation expresse du CNRD, un engagement d’une telle envergure au nom de l’Etat », a-t-il déclaré

Pour finir, le Directeur général de la (SONAP) s’indigne de l’habitude de certains administrateurs qui veulent ternir l’effort fourni par les nouvelles autorités depuis leur arrivée au pouvoir pour redresser le pays. Il s’est dit prêt à tout pour redorer le plason du secteur pétrolier guinéen et disposé à engager des actions judiciaires pour ceux qui veulent freiner les efforts du président de la transition, Colonel Mamadi Doumbouya.

Alpha Moussa Diallo 

Facebook Comments Box