Charles Wright félicite le capitaine Moussa Dadis Camara pour son respect à la justice de son pays

0
25917

Arrivé à N’zérékoré (région forestière de la Guinée) notamment dans le cadre d’une tournée qu’il mène actuellement, le ministre guinéen de la Justice, Alphonse Charles Wright, a salué l’attitude de l’ancien chef de la junte militaire, Moussa Dadis Camara, qui selon lui, a volontairement accepté de se défendre dans le procès des événements tragiques de septembre 2009.
Selon le ministre de la Justice.

« Moussa Dadis Camara est considéré comme un homme courageux et respectueux de la justice de son pays. S’il y a quelqu’un aujourd’hui qui est content du département de la justice, c’est capitaine Moussa Dadis Camara, puisque tous les jours je parle avec lui. La grandeur d’un homme c’est quand tu te soumets aux lois de la République. Depuis qu’il (Dadis) est revenu de Ouagadougou, c’est moi, ministre de la justice qui ai assuré sa sécurité jusqu’à son hôtel. C’est moi qui ai tout pris pour lui là où il est, puisqu’il a demandé étant un ancien chef de l’Etat, on l’a traité dignement. C’est ça aussi la refondation de l’État. Il dit : »je vais venir me défendre. Alors il faut lui donner de l’espace lui permettant de se défendre »,a-t-il déclaré le ministre Charles Wright.

Le ministre Wright a révélé qu’il était en contact permanent avec capitaine Moussa Dadis Camara, qui se défend maintenant depuis plusieurs jours au tribunal spécial dédié aux crimes du 28 septembre. Alphonse Charles Wright a aussi expliqué qu’il a personnellement pris soin de la sécurité de Moussa Dadis Camara lors de son arrivée à Conakry, et a insisté sur l’importance de permettre à toutes les personnes accusées de se défendre de manière digne et impartiale.

Par ailleurs, intervenant dans la même circonstance, le ministre de la Justice a souligné que l’abus du pouvoir ne sera pas toléré, et que la justice doit être neutre, indépendante et impartiale. Il a remercié Moussa Dadis Camara pour sa coopération et a soutenu que les accusations contre lui ne devaient pas être associées à une ethnie ou une région, dit-il.

DIAN BAH

Facebook Comments Box