Chez LR, certains rêvent d’un retour de Nicolas Sarkozy

0
45

Le confinement ne permet peut-être pas de sortir, mais il autorise à rêver. Une activité à laquelle s’adonnent plusieurs élus du parti Les Républicains (LR) depuis les propos de l’intermédiaire franco-libanais Ziad Takieddine dans Paris Match et sur BFM-TV. Celui qui avait expliqué aux juges avoir remis 5 millions d’euros d’argent libyen en espèces à Nicolas Sarkozy entre 2006 et 2007 s’est rétracté, laissant imaginer à certains un avenir politique radieux pour l’ancien président de la République. Ils sont aujourd’hui plusieurs au sein du parti à voir en lui le meilleur candidat pour le scrutin présidentiel de 2022.

Après tout, imaginent-ils, si M. Takieddine est revenu sur ses propos, toute l’histoire du présumé financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy, la plus compliquée des affaires le concernant, selon eux, pourrait tomber à l’eau. Et ce en dépit des autres preuves dont le parquet affirme disposer. « La mise en examen pour “association de malfaiteurs”, c’est la pire, les mots sont durs, ils évoquent Eliot Ness contre la mafia, mais la vérité va éclater et elle va tomber », se réjouit l’un des proches de l’ancien président de la République.

Lire aussi Sarkozy, la Libye et le financement de la campagne présidentielle 2007 : tout comprendre à l’affaire

Si les appels officiels à un retour n’ont pas encore fleuri sur les plateaux de télévision ou les réseaux sociaux, les discussions en privé, elles, vont bon train. Ils sont ainsi plusieurs proches de l’ancien président, comme l’eurodéputé Brice Hortefeux ou encore le sénateur de Paris Pierre Charon, à recevoir tous azimuts des messages disant peu ou prou la même chose : quand revient-il ?

Retrouver « le confort » politique

En des temps incertains où le parti ne semble pas encore prêt à désigner un candidat, et où la crise due au Covid ne laisse aucune place à l’opposition, certains aimeraient bien retrouver « le confort » politique offert par celui que Pierre Charon qualifie de « valeur refuge ».

« Nous sommes nombreux à souhaiter le retour de Nicolas Sarkozy, reconnaît sans détour Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes et proche de l’ancien président de la République. Plus le temps passe, plus on voit combien sa présidence en des temps durs a été efficace, sur la gestion de crises économiques, mais aussi sanitaires. Et combien le pays ne cesse de reculer depuis huit ans. » Qui peut dire, ose l’élu, « que notre nation est en meilleur état qu’en 2012 ? ». Déjà cet été, le député des Alpes-Maritimes déclarait sur Twitter, à propos de son champion qui dédicaçait son livre Le Temps des tempêtes (Editions de l’Observatoire, 528 p., 23 euros) : « La foule est au rendez-vous, pour beaucoup, il est à la fois une référence et une espérance. » Faisant ainsi une discrète allusion à l’avenir.

Il vous reste 44.41% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source ici