En séjour en Guinée, le panafricaniste Kemi Seba a organisé, ce jeudi 07 octobre à Conakry, Un point de presse pour parler de l’arrivée des militaires au pouvoir et en même temps de la situation de la CEDEAO position et de l’union Africaine .

Dans son introduction le panafricaine Kemi Seba, indique qu’il soutien le CNRD intégralement au pouvoir :

« Nous soutenons profondément sur ce que la communauté internationale appelle le  »Coup d’Etat » et, nous serons très attentifs à la suite des évènements parce qu’on ne signe pas de chèque en blanc », a précisé Kemi Seba avant d’aborder la question fondamentale de la CEDEAO :

« La CEDEAO, passe sont temps à soutenir les présidents qui viole la constitution, qui font les troisièmes mandats, les présidents qui répriment et persécutent sa population. Mais chaque fois qu’il ait le soulèvement populaire et les militaires prennent le pouvoir à la demande du peuple, la CEDEAO réplique, parce que la CEDEAO n’est plus une institution sous régionale permettant la libre circulation dans certains pays, ils sont aujourd’hui un syndicat d’autocrate africain. Disons à la CEDEAO de changer votre façon de fonctionner, s’il ne change pas leur façon de fonctionner vis-à-vis des régimes portés par le peuple, nous allons continuer à combattre, dénoncé les dérives partout dans le monde. La CEDEAO comme union africaine sont devenues des syndicats de dictateurs et d’autocrates qui trahissent les inspirations du peuple et ça ne peut plus durer nous voulons la CEDEAO du peuple ou l’union africaine du peuple et nous voulons que les membres de la société civile soient les représentants du siège à intérieur des institutions enfin que ces structures soient les contres pouvoirs et non pas le club des dictateurs. Aucun chef d’État n’a le droit éternel sur le peuple, il faut respecter le choix du peuple », a déclaré Seba Kemi.

Alass Sylla

SHARE