La CAF était “obligée” de confier la finale 2021-22 au Maroc

0
68201

La Confédération africaine de football (CAF) s’est prononcée sur la saga de la finale de la Ligue des Champions 2021-22, qui secoue le continent depuis le début de cette semaine.

Al Ahly a demandé dimanche sans succès l’organisation de la finale de cette année sur un terrain « neutre », le Maroc ayant été désigné le lendemain comme le redoutait le club égyptien. Derrière, l’équipe du Caire a saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS). Les Diables Rouges ont ensuite conseillé avec succès l’Association égyptienne de football (EFA) de soumettre une candidature auprès de la CAF pour accueillir l’évènement.

Dans un communiqué de presse publié jeudi soir sur son site web d’informations officiel, l’instance du football africain dit qu’elle « apprécie et comprend pleinement les plaintes et les préoccupations soulevées par Al Ahly SC et l’EFA. » Cependant, la CAF a regretté que « l’Egypte n’a pas soumis de candidature » plutôt, comme le Maroc, le Sénégal (s’est retiré), l’Afrique du Sud ou encore le Nigéria (disqualifiés pour critères non conformes).

Pour se justifier d’avoir autorisé la tenue d’une seconde finale de la C1 consécutive au Maroc, la CAF affirme qu’elle « était obligée de respecter et de mettre en œuvre la décision prise par l’ancienne direction de la CAF en juillet 2019, à savoir que la finale de la Ligue des champions TotalEnergies serait une finale à un match plutôt que l’habituelle finale à domicile et à l’extérieur. », révèle communiqué.

Toute cette saga a commencé, car Al Ahly craint que le Wydad Athletic Club sera avantagé de disputer la finale de la LDC CAF a domicile avec l’avantage du terrain et des fans. Le double champion d’Afrique en titre a un pied en finale, après avoir étrillé 4-0 les Algériens de l’ES Sétif. Les Marocains du Wydad Casablanca aussi sont dans cette posture, pour avoir battu 1-3 Petro de Luanda de l’Angola.

Plus d’infos sur la publication

Facebook Comments Box