la France redémarrera progressivement à partir du 11 mai

share on:

[Mis à jour le lundi 13 avril 2020 à 21h23] L’épidémie de Covid-19 sévit toujours dans le monde : 185 pays touchés, près de 1,9 millions de personnes contaminées et plus de 117 000 morts sont déplorés. Les Etats-Unis sont le pays le plus touché avec plus de 560 000 malades et plus de décès que l’Italie (22 861 morts contre 20 465 en Italie). L’Europe reste l’épicentre de la pandémie avec plus de 74 000 décès. L’Espagne « observe un tout début de régression » annonce le Pr Jérôme Salomon lors du point de situation du 11 avril . L’Italie qui recense 159 000 cas, plus de20 400 morts « poursuit une très lente régression de l’épidémie » a-t-il poursuivi, et prolonge son confinement jusqu’au 3 mai. En France, selon le dernier bilan du ministère de la Santé au lundi 13 avril au soir, 98 076 cas de COVID-19 sont confirmés et 14 967 décès dans le pays : « L’épidémie se poursuit dans notre pays de façon dynamique et continue à frapper durement. Dans les hôpitaux, la situation reste tendue :  32 113 personnes sont hospitalisées pour infection à COVID-19, soit 287 personnes de plus qu’hier en tenant compte des sorties qui sont quand même de plus en plus nombreuses. Actuellement 6 821 cas graves sont en réanimation : « Le solde, qui représente le nombre de patients à prendre en charge chaque jour est pour le quatrième jour consécutif négatif » précise le ministère de qui confirme que le territoire reste dans une « amorce d’un très haut plateau ». Et d’ajouter : « Nous devons rester vigilants car les services hospitaliers et de réanimation prennent en charge de très nombreux patients. Il ne faut pas relâcher nos efforts et continuer à réduire chaque jour le nombre de contacts pour freiner tous ensemble la transmission du virusEmmanuel Macron a annoncé lundi soir la poursuite du confinement jusqu’au lundi 11 mai, date à partir de laquelle une nouvelle organisation sera mise en place (réalisation massive de tests, isolement des personnes les plus fragiles, distribution de masques au grand public…). « Il faut rajouter des interdits dans la journée […] et les règles devront continuer à être respectées », a indiqué le président de la République lors de son allocution à la télévision. Les effets du confinement ne sont effectivement pas assez suffisants pour envisager actuellement sa levée. Dans ce contexte, chaque sortie du domicile doit être justifiée par une attestation de déplacement, téléchargeable en ligne sur smartphone et présentable sous cette forme aux forces de l’ordre. Les versions papiers sont toujours autorisées. Pour les déplacements professionnels, cette attestation est complétée par une autorisation signée par l’employeur. Les frontières de l’Union européenne et de l’espace Schengen sont fermées pour freiner la circulation du virus entre les gens et une attestation doit être présentée à chaque personne voulant entrer en France à partir du 8 avril. 

  • Lors de son allocution du lundi 13 avril, Emmanuel Macron annonce un confinement jusqu’au lundi 11 mai. Ce déconfinement progressif ne pourra être possible seulement si « nous continuons à être civiques, responsables et à respecter les règles », a insisté le Président. Puis à partir du 11 mai, « nous ouvrirons progressivement les crèches, les écoles et les lycées« . Certains lieux publics et les industries devront redémarrer progressivement. En revanche, les cours universitaires physiques ne pourront pas reprendre avant l’été et les étudiants ne pourront pas se réunir en amphithéâtres avant la rentrée de septembre.
  • Les cafés, les restaurants et les cinémas resteront eux fermés après le 11 mai. Ils ne pourront rouvrir que progressivement. 
  • Les frontières de la France avec les pays non-européens « resteront fermées jusqu’à nouvel ordre« . 
  • Tous les « grands » événements et rassemblements comme les festivals seront interdits jusqu’à au moins mi-juillet.
  • Emmanuel Macron demande aux personnes les plus fragiles de rester isolées même après le 11 mai. 
  • « Nous allons continuer à augmenter le nombre de tests faits chaque jour. Ils seront d’abord pratiqués sur les aînés, les soignants et les personnes les plus vulnérables. » Toutes les personnes présentant des symptômes seront obligatoirement testées. Des masques « grand public », dont la production a été multipliée par 5, seront également distribués à la population générale.
  • Les mesures de chômage partiel et aides aux entreprises seront maintenues et renforcées 
  • Le gouvernement présentera d’ici 15 jours les principes du plan post-confinement. 
  • « Notre pays et celui qui a le plus engagé d’essais cliniques en Europe. Aucune piste ne sera négligée [pour trouver un traitement], je m’y engage« , a lancé Emmanuel Macron.
  • Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une aide exceptionnelle aux familles modestes
  • « Depuis quelques jours, les entrées en réanimation diminuent, l’espoir renaît », rassure Emmanuel Macron lors de son allocution du lundi 13 avril. Et d’ajouter : « Nous allons continuer à distribuer davantage d’équipement [pour le personnel hospitalier]« 
  • « Les services hospitaliers sont saturés en Île-de-France et dans le Grand Est. C’est pour cela que le confinement doit se poursuivre jusqu’au lundi 11 mai« , annonce le Président. Toutefois, « nous aurons des jours meilleurs et nous retrouverons les jours heureux« , a-t-il conclu.
  • 11 millions de masques sont arrivés aujourd’hui à l’aéroport de Nantes, a indiqué la préfecture de Loire-Atlantique.
  • Sur CNews, le chirurgien Guy-André Pelouze déclare lundi 13 avril que « le facteur de contagiosité (du coronavirus) est probablement plus près de 5,7 que de 2 à 3. (…) Pour diminuer la transmission, il faut aller dans des mesures ciblées ».
  • « Il y a encore des nouvelles contaminations et c’est ça le problème parce qu’effectivement pour le déconfinement, il faut qu’il y ait une baisse extrêmement importante du nombre de nouveaux cas » a déclaré l’infectiologue Anne-Claude Crémieux sur RTL ce matin, 
  • Les pays exportateurs de pétrole s’accordent sur une baisse historique de la production, face aux conséquences du coronavirus, ce qui va remonter les prix du baril.
  • La Russie annonce 558 nouvelles contaminations au coronavirus au cours des dernières 24 heures, un nombre en hausse par rapport à la veille où 2 186 cas supplémentaires avaient été signalés. Au total, l’épidémie a contaminé 18 328 personnes en Russie, pour 148 décès (18 de plus au cours des dernières 24 heures).
  • Les nouveaux cas de contamination s’accélèrent en Chine, le pays n’avait plus comptabilisé autant de nouvelles infections depuis le 5 mars. La Chine a annoncé dimanche 12 avril, 97 nouveaux « cas importés » de contamination au nouveau coronavirus.
  • La Commission européenne envisage de prolonger la limitation des contacts pour les personnes âgées jusqu’à la fin de l’année.
  • Le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti de l’hôpital dimanche 12 avril 2019 après avoir été plusieurs jours en soins intensifs à cause du coronavirus.
  • A New York, le maire Bill de Blasio a annoncé samedi 11 avril que les écolesfermées depuis le 16 mars dernier le resteraient jusqu’au mois de septembre. 1,1 million d’écoliers, de la maternelle à la terminale, sont concernés par la décision. 
  • L’Académie nationale de médecine recommande que des établissements hôteliers soient mis à la disposition des Agences Régionales de Santé pour accueillir, jusqu’à la guérison clinique et la négativation des tests de détection virale, les patients atteints de formes simples ou modérées de Covid-19, ou convalescents de cette maladie sortant de l’hôpital, sur la base du volontariat. 
  • « Toutes les personnes qui sortent, dans une file d’attente, lors d’une activité physique et au travail, il faut être attentif à la distance minimal d’un mètre à respecter entre nous. Quand on compare les pays européens et les pays asiatiques, on voit que l’on n’a pas la même discipline »  indique Jérôme Salomon.
  • « Pour l’instant aucun essai thérapeutique n’a démontré une efficacité confirmée d’une molécule dans la prise en charge des patients infectés par le coronavirus » a poursuivi le Directeur général de la santé.
  • Sur le milliard de masques commandés, Jérôme Salomon indique qu’à date plus de 35 millions de masques ont été réceptionnés en France.

« Quand on compare les pays européens et les pays asiatiques, on voit que l’on n’a pas la même discipline. » 

  • L’OMS craint « une résurgence mortelle de la pandémie en cas de déconfinement hâtif. »
  • Afin d’élargir la capacité de test, le gouvernement a annoncé, dans un décret et un arrêté du 5 avril, que les préfets pouvaient désormais réquisitionner d’autres catégories de laboratoires, dont les laboratoires de recherche publique. Parmi eux, le CNRS qui travaille sur la mise au point d’un test salivaire plus simple et plus rapide d’utilisation que le test actuellement utilisé. Une étude clinique début samedi 11 avril afin de s’assurer de son efficacité et de sa fiabilité avant de le développer pour le grand public. 
  • Le gouvernement prévoit une chute de 6% du produit intérieur brut (PIB) français cette année à cause de l’épidémie de coronavirus, ont annoncé jeudi les ministres de l’Economie Bruno Le Maire et des Comptes publics Gérald Darmanin dans un entretien aux Echos
  • L’Association des maires de France (AMF) recommande de conseiller à la population de porter un masque artisanal sur la bouche et le nez durant les sorties autorisées dans le cadre du confinement.
  • Le ministre de la Santé Olivier Véran et le secrétaire d’Etat au Numérique Cédric O travaillent sur un projet baptisé StopCovid dont le but est développer une application qui pourrait limiter la diffusion du virus en identifiant des chaînes de transmission. « L’idée serait de prévenir les personnes qui ont été en contact avec un malade testé positif, afin qu’elles se fassent tester elles-mêmes, et si besoin qu’elles soient prises en charge très tôt, ou bien qu’elles se confinent«  expliquent-ils au Monde.
  • En pleine pandémie de Covid-19, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) prévient mardi que la planète manque de près de 6 millions d’infirmiers. 
  • Une pénurie de médicaments dans les hôpitaux, notamment des curares, est redoutée. Le Premier ministre a confirmé « des tensions » d’approvisionnement pour 8 molécules indispensables aux soins de réanimations avec des stocks « plus limités » pour certaines. Une grande majorité des médicaments en France sont importés depuis l’Inde et la Chine. Neuf hôpitaux européens ont alerté leur gouvernement sur le risque de pénuries de « relaxants musculaires », « sédatifs » et des « médicaments analgésiques »« consommés rapidement et avec un réapprovisionnement insuffisant ou inexistant  en raison de l’afflux de malades du coronavirus. 

« L’idée selon laquelle le Covid-19 touche uniquement les personnes âgées est factuellement erronée »

  • Le gouvernement reporte la déclaration des revenus à partir du 20 avril, au lieu du 9 avril. Pour la version papier, il sera possible de la déposer jusqu’au 12 juin : un délai d’un mois a été ajouté. 
  • Un dispositif national grand public de soutien psychologique au bénéfice des personnes qui en auraient besoin est déployé à partir du numéro vert 0 800 130 000.

Coronavirus en France : plus de 98 000 cas et près de 15 000 morts

La France est en stade 3 de l’épidémie de coronavirus depuis le 14 mars puisque le virus circule activement sur tout le territoire et plus uniquement dans certaines régions et villes. Au 12 avril, 98 076 cas de COVID-19 sont confirmés en France et 14 967 personnes sont décédées depuis le début de l’épidémie. Au total, 68 925 personnes ont été hospitalisées depuis le 1er mars. Selon le point épidémiologique de Santé Publique France le 11 avril :

  • Une tendance à la stabilisation de la circulation du SARS-CoV-2 à un niveau élevé est observée en France.
  • Il y a aussi une diminution des recours pour COVID-19 en médecine générale, SOS Médecins et aux urgences hospitalières.
  • Une tendance à la stabilisation des hospitalisations et admissions en réanimation des patients COVID-19 à des niveaux élevés aussi est relevée :
    • Réanimation : 61% des cas avec co-morbidités et 57% des cas âgés de 65 ans et plus
    • Décès : 90% avec co-morbibidités et 89% âgés de 65 ans et plus
  • Une augmentation significative des décès toutes causes dans les régions : Grand Est, Ile-de-France, Hauts-de-France, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, Normandie et Centre-Val-de-Loire.

Dans le détail au 13 avril : 

  • 32 113 personnes sont hospitalisées pour infection à COVID-19 dont 6 821 patients dans un état grave nécessitent des soins constants de réanimation. 34% des patients hospitalisés en réanimation ont moins de 60 ans. 94 personnes en réanimation sont âgées de moins de 30 ans.

« Encore beaucoup de cas arrivent à l’hôpital » indique Jérôme Salomon le samedi 11 avril.

  • Plus de 27 718 personnes sont sorties guéries de l’hôpital depuis le début de l’épidémie auxquelles il faut ajouter les dizaines de milliers de personnes guéries en ville sans passage à l’hôpital. « Les sorties sont de plus en plus nombreuses », confirme le ministère de la Santé le 12 avril au soir mais « l’impact de la maladie est toujours majeur pour nos établissements de santé ».
  • Dans les Ephad et établissements sociaux et médico-sociaux : 37 188 cas de COVID-19 confirmés ou possibles  depuis le 1er mars.

Bilan du mois de mars : Entre le 1er et le 31 mars, 36 254 patients ont été hospitalisés en France pour infection COVID-19, 8 318 ont été admis en réanimation et 3 523 ayant été hospitalisés sont décédés. L’évolution est favorable pour la majorité des patients : 10 784 patients sont retournés à domicile à leur sortie de l’hôpital .

 

Toutes les régions françaises sont touchées par le coronavirus. Les plus touchées sont : Île-de-France, Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté, les Hauts-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Normandie. « La région Ile-de-France est toujours sous extrême tension » exprime le directeur général de la santé, avec 2617 patients admis en réanimation pour Covid-19 depuis le début de la crise, au 11 avril. Tous les actes médicaux et chirurgicaux non urgents ont été déprogrammés dans les établissements de santé pour augmenter les capacités de prise en charge des cas Covid-19. Les capacités initiales de 5000 lits de réanimation en France sont passées à 10 000 lits et l’objectif est d’atteindre les 14 000 lits très rapidement. Les autorités sanitaires déploient également la prise en charge ambulatoire des patients Covid-19 avec la mise en place par exemple en Ile-de-France de centres dédiés. 

Courbe d’évolution du nombre de personnes actuellement hospitalisées pour Covid-19 – hommes et femmes – en France.

Nombre de personnes actuellement hospitalisées pour covid-19 - hommes et femmes
Nombre de personnes actuellement hospitalisées pour covid-19 – hommes et femmes © Géodes – Santé publique France

 

Courbe d’évolution du nombre de personnes actuellement en réanimation ou soins intensifs pour Covid-19 – hommes et femmes

Nombre de personnes actuellement en réanimation ou soins intensifs pour covid-19 - hommes et femmes
Nombre de personnes actuellement en réanimation ou soins intensifs pour covid-19 – hommes et femmes © Géodes Santé Publique France

Dans les établissements de santé, le gouvernement a activé plusieurs plans : 

  • La France applique le plan blanc élargi généralisé (plan de mobilisation interne) depuis le 19 mars, dans tous les établissements de santé (publics et privés), pour mettre en place rapidement des moyens matériel, logistiques et humains indispensables en cas d’afflux de patients dans les établissements hospitaliers. Les consultations et les hospitalisations non urgentes sont déprogrammées.
  • La France a déclenché le plan bleu dans les Ehpad (Etablissement Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes) le 6 mars. Le principe est le même que dans les hôpitaux : le chef d’établissement doit permettre « la mise en oeuvre rapide et cohérente des moyens indispensables pour faire face efficacement à une situation exceptionnelle« . Le plan bleu peut induire notamment « le confinement des résidents, usagers et personnels ; l’évacuation des résidents, usagers et personnels« .
  • La réserve sanitaire et la réserve civique (aide alimentaire d’urgence, garde exceptionnelle d’enfants, lien avec les personnes fragiles isolées, solidarité de proximité) sont aussi mobilisées. 

Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, consolidés avec l’Agence Santé Publique France et les ARS (Agences régionales de Santé), voici le nombre de personnes hospitalisées en France par région, celles en réanimation et celles qui sont guéries et ont pu rentrer chez elles. Pour l’instant, Santé Publique France ne publie plus le nombre de cas recensés par régions.

Nombre de personnes hospitalisées à cause du coronavirus par régions de France (12 avril 2020)
Régions Hospitalisations Réanimations Retours à domicile
Ile-de-France 13 165 2 626 9 119
Grand Est 4 887 878 4 725
Auvergne-Rhône-Alpes 3 025 675 2 936
Hauts-de-France 2 484 549 2 075
Bourgogne-Franche-Comté 1 294 278 1 441
Provence-Alpes-Côte d’Azur 1 830 438 2 097
Occitanie 954 294 1 287
Bretagne 510 119 481
Nouvelle-Aquitaine 832 257 815
Normandie 716 186 586
Centre Val-de-Loire 943 193 581
Pays de la Loire 810 167 703
Corse 74 14 126
Martinique 38 15 52
Guadeloupe 38 19 51
La Réunion 28 3 72
Guyane 15 1 13
Mayotte 22 3 25
TOTAL 32 113 6 821 27 718

 

A noter : Le décompte des cas ne se fonde plus uniquement sur les cas diagnostiqués biologiquement, mais sur des estimations épidémiologiques, comme cela se fait pour la grippe tous les ans (nombre de consultations, nombre de cas graves ou de décès…). Santé Publique France prévient des difficultés de l’identification et de la confirmation biologique de l’ensemble des cas de COVID-19 et indiquent que ces chiffres sous-estiment le nombre réel de cas. Dans le cadre du passage en phase 3 les recommandations étant maintenant de réaliser un prélèvement à visée diagnostique uniquement pour certaines catégories de patients, cette sous-estimation devient plus importante. 

Le premier décès du coronavirus est survenu à Paris le 14 février, il s’agissait d’un patient chinois de 80 ans. Au 13 avril 2020, 14 967 personnes sont décédées du coronavirus en France (81% chez des plus de 70 ans) dont 9253 décès à l’hôpital (81% ont plus de 70 ans). 6493 décès dans les Ephad depuis le 1er mars selon Santé Publique France. Parmi les décès hospitaliers, 37% ont été signalés dans la région Ile-de-France, 24% dans la région Grand Est, 9% dans la région Hauts-de-France et 8% dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Au 10 avril, Santé Publique France annonce une augmentation significative des décès toutes causes dans les régions Grand Est, Ile-de-France, Hauts-de-France, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, Normandie et Centre-Val-de-Loire avec une sur-mortalité dans 10 régions. De plus, 6 départements présentent un excès de mortalité « exceptionnel » : Haut-Rhin, Moselle, Paris, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine et Val d’Oise. L’âge moyen des personnes décédées était de 71 ans. Parmi les cas décédés, 90% présentaient au moins une comorbidité. Les comorbidités les plus fréquemment rapportées sont une pathologie cardiaque, un diabète et une pathologie pulmonaire.

Nombre cumulé de personnes décédées pour covid-19 depuis le 1er mars 2020 à l’hôpital – hommes et femmes – France

Nombre cumulé de personnes décédées pour covid-19 depuis le 1er mars 2020 - hommes et femmes
Nombre cumulé de personnes décédées pour covid-19 depuis le 1er mars 2020 à l’hôpital – hommes et femmes © Géodes-Santé publique France

A l’hôpital selon les données du gouvernement au 11 avril : 

  • 3 548 décès en Ile-de-France, touchant principalement les personnes âgées de 65 ans. La surveillance spécifique en EHPAD et en EMS (établissements médico-sociaux) rapporte un nombre de cas confirmés ou possibles de COVID-19 parmi les résidents des EHPAD et un nombre de décès parmi eux très importants : 4 599 cas et 1 526 décès au 7 avril 2020.
  • 2 064 décès dans le Grand Est.
  • 840 décès dans les Hauts-de-France.
  • 773 décès dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.
  • 500 décès en Bourgogne-Franche-Comté.

62% des personnes décédées présentaient des co-morbibidités et 90% sont âgés de 65 ans et plus.

  • 239 décès en Occitanie.
  • 328 décès dans la région Provence-Alpes-Côtes d’Azur.
  • 190 personnes sont décédées en Nouvelle-Aquitaine.
  • 182 décès dans les Pays de la Loire.
  • 132 décès en Bretagne.
  • 201 décès en Centre-Val de Loire.
  • 201 décès en Normandie.
  • 36 décès en Corse.
  • 19 décès en Outre-Mer (10 en Guadeloupe, 6 en Martinique, 3 à Mayotte)
Evolution du nombre de décès par Covid-19 dans les hôpitaux en France (Source : Géodes Santé Publique France).
DATE Nombre de nouveaux décès dans les hôpitaux sur la journée Nombre total de décès
15 mars 36 101
16 mars 21 122
17 mars 27 149
18 mars 69 218
19 mars 109 327
20 mars  123 450
21 mars 75 525
22 mars 107 632
23 mars 228 860
24 mars 240 1100
25 mars 288 1388
26 mars 308 1696
27 mars 299 1995
28 mars 319 2314
29 mars 292 2606
30 mars 418 3024
31 mars 499 3523
01 avril 509 4032
02 avril 471 4 503
03 avril 588 5 091
04 avril 441 5 532
05 avril 357 5 889
06 avril 605 6 494
07 avril 597 7 091
08 avril 541 7 632
09 avril 412 8 044
10 avril 554 8 698
11 avril 345 8 943
12 avril 310 9 253

13 avril

335 9 588

Plusieurs mesures ont été prises par le gouvernement pour freiner la propagation du coronavirus en France. Après la fermeture des crèches et établissements scolaires jusqu’à nouvel ordre annoncée le 12 mars, la fermeture des établissements pouvant accueillir du public jusqu’au 15 avril 2020 (centres commerciaux ; restaurants et débits de boissons ; salles de danse et salles de jeux ; bibliothèques, centres de documentation ; salles d’expositions ; établissements sportifs couverts ; musées), l’annulation des rassemblements et l’arrêt des visites dans les EHPAD, le président de la République a annoncé le confinement de la population française à partir du 17 mars à midi et jusqu’au 11 mai. Suite au vote de l’état d’urgence sanitaire en France, les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et uniquement à condition d’être munis d’une attestation :

  • Déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous forme de télétravail ou déplacements professionnels ne pouvant être différés (avoir le justificatif de déplacement professionnel sur soi).
  • Déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle et des achats de première nécessité dans des établissements dont les activités demeurent autorisées.
  • Consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés  ; soin des patients atteints d’une affection de longue durée.
  • Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants.
  • Déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie.
  • Convocation judiciaire ou administrative.
  • Participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative.

Les personnes ne respectant pas ces consignes peuvent avoir des amendes allant de 200 à 450 euros en cas de majoration (non paiement dans les 45 jours). En cas de quatre violations du confinement dans les 30 jours, le contrevenant s’expose à 3700 euros d’amende et six mois de prison au maximum. La suspension du permis de conduire est également possible. « ​​​Le déconfinement n’est pas d’actualité, a rappelé Jérôme Salomon le 11 avril, car la pression hospitalière reste très importante qu’il s’agisse de malades du Covid mais aussi de ceux qui ont subi les conséquences du confinement prolongé et qui n’ont pas osé aller voir leur médecin. »  Aux personnes atteintes de maladies chroniques ou qui ont besoin d’un suivi, il rappelle qu’ils doivent appeler leur médecin et aller aux rendez-vous prévus dans les milieux hospitaliers.

Comme il n’y a ni vaccin, ni médicament efficace contre le coronavirus, le meilleur moyen de s’en protéger est l’application de mesures barrière.

  • Rester confiné.
  • Observer une distance sociale d’un mètre dès que l’on sort de chez soi et quand on va au travail.
  • Porter un masque médical ou une alternative. 
  • Se laver les mains après avoir toussé, éternué, avant et après avoir préparé à manger, avant de manger, après être allé aux toilettes, après avoir manipulé des animaux… 

>> Tous nos conseils : 

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l’infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau, la sphère digestive et même le cerveau. 

  • Si vous présentez des symptômes (toux, fièvre, mal de tête) : éviter les contacts, rester à domicile, prenez du paracétamol si besoin, appeler un médecin, faites une télé-consultation ou appeler le numéro de permanence de soins de la région. 
  • Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : « Si cette toux et cette fièvre s’accompagnent d’une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d’une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d’une pneumopathie. Il s’agit alors d’une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d’urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation », prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.

Une carte interactive montrant l’évolution de l’épidémie de coronavirus dans le monde en temps réel a été mise au point par l’éditeur de cartographie en ligne HERE Technologies. Basée sur des données du Center for Systems Science and Engineering (CSSE) de l’Université Johns Hopkins et de DXY, cette carte permet de suivre la progression du nombre de personnes infectées rapportées par les agences gouvernementales, ainsi que le nombre de décès.

Une pandémie de coronavirus sévit dans le monde obligeant un tiers de la population mondiale à être confinée, au 13 avril 2020. le virus a infecté près de 1,9 million de personnes dans le monde et fait plus de 118 000 morts. 185 pays sont touchés (sur les 198 pays comptabilisés dans le monde). Il y a une forte augmentation des cas aux Etats-Unis qui devient le premier pays le plus touché en nombre de cas (568 176 au 13 avril) et de morts (22 935 au 13 avril) depuis le 10 avril, devant l’Italie.

cas coronavirus coronavirus monde
Evolution de nombre de cas confirmés de coronavirus dans le monde au 11 avril 2020. © Université John Hopkins

Combien de décès à cause du coronavirus dans le monde ?

NOMBRE DE MORTS DU CORONAVIRUS DANS LES 30 PAYS LES PLUS TOUCHES.

Lundi 13 Avril à 21h05

PAYS NOMBRE DE MORTS
US 22 935
Italie 20 465
Espagne 17 489
France 14 967
Grande-Bretagne 11 346
Iran 4 585
Belgique 3 903
Chine 3 345
Allemagne 3 038
Pays-Bas 2 833
Brésil 1 270
Turquie 1 296
Suisse 1 138
Suède 919
Canada 717
Portugal 535
Indonésie 399
Autriche 368
Irlande 365
Equateur 355
Inde 358
Roumanie 331
Philippines 315
Algérie 313
Mexique 296
Danemark 285
Pologne 245
Corée du Sud 217
Pérou 193
Autres 3 363
TOTAL 114 290

 Sources : Université John Hopkins, WHO, CDC, ECDC, NHC and DXY.

Combien de cas de coronavirus dans le monde ?

NOMBRE DE CAS CONFIRMÉS ET PRÉSUMÉS POSITIFS AU CORONAVIRUS DANS LES 20 PAYS LES PLUS TOUCHÉS. Lundi 13 avril à 21h13.

PAYS CAS CONFIRMES DE CORONAVIRUS NOMBRE D’HABITANTS DANS LE PAYS (en millions)
 Etats-Unis
568 176
327,2 
Espagne 169 496 47
Italie 159 516 60,5
France 137 873 67
Allemagne 128 092 83
Royaume-Uni 89 564 66
Chine 83 213 1386
Iran 73 303 81
Turquie 61 049 83
Belgique 30 589 11
Pays-Bas 26 710 17
Suisse 25 688 8,5
Canada 25 091 37,5
Brésil 22 720 211,7
Portugal 16 934 10,2
Russie 18 328 144,5
Autriche

14 037

8,8
Israel 11 235 8,7
Suède 10 948 10
Corée du Sud 10 537 51,5
TOTAL 1 897 373  

 

> Voir le nombre de cas dans d’autres pays 

Sources : Université John Hopkins, WHO, CDC, ECDC, NHC and DXY.

Le président de la République a annoncé le 16 mars la fermeture des frontières de l’Europe et de l’espace Schengen. Concrètement, tous les voyages entre les pays non-Européens et l’UE sont suspendus pendant 30 jours à compter du mardi 17 mars. Il est de manière générale préférable de différer les déplacements à l’étranger (y compris les croisières) compte tenu de l’évolution de l’épidémie de Coronavirus Covid-19 et des mesures restrictives prises par certains pays : interdiction d’entrée sur le territoire, isolement obligatoire, mesures de détection des symptômes… à l’égard des voyageurs en provenance de France. Les personnes qui présentent des symptômes potentiellement liés au coronavirus Covid-19 doivent impérativement éviter tout déplacement à l’étranger. 

L’Italie est le pays d’Europe le plus endeuillé par l’épidémie de coronavirus avec 20 465 décès liés au coronavirus au 13 avril au soir (soit bien plus que les chiffres observés en Chine). Deux jours avant, 431 nouveaux décès de la maladie Covid-19 ont été enregistrés dans les dernières 24 heures, le bilan le plus faible depuis le 19 mars, il y a plus de trois semaines. Le directeur général de la Santé en France, Jérôme Salomon a indiqué le 11 avril que le pays « entame une lente, très lente régression de l’épidémie ». Le Président du Conseil Giuseppe Conte décide de prolonger le confinement jusqu’au 3 maiC’est « une décision difficile mais nécessaire dont j’assume toute la responsabilité politique », a t-il déclaré lors d’une allocution vendredi 10 avril au soir. Le pays est confiné depuis le lundi 9 mars. En cas de non-respect des règles édictées par le décret gouvernemental, les forces de l’ordre peuvent arrêter le contrevenant, qui encourt jusqu’à trois mois d’emprisonnement ou une amende allant jusqu’à 206 eurosLe pic de l’épidémie aurait été atteint le 5 avril.

L’Espagne comptabilise désormais 17 489 décès et plus de 169 000 cas au 13 avril au soir selon l’Université John Hopkins qui recense tous les cas dans le monde. C’est le deuxième pays le plus touché en Europe pour le nombre de morts, le premier en nombre de cas. Mais la situation semble s’améliorer. Selon Jérôme Salomon, le pays observe « un tout début de régression » a-t-il annoncé le 11 avril après une phase de plateau amorcée le 8 avril. Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez avait pris des mesures de confinement de la population le 14 mars puis les avait durcies à partir du 30 mars avec l’interdiction de circuler dans les rues sauf pour aller travailler, faire des courses (acheter du pain…) et se soigner. Les forces de l’ordre sont chargées de s’assurer du respect de cette interdiction. Les commerces jugés non-essentiels sont fermés dans tout le pays.

Apparu en Chine en décembre 2019 sur un marché locale de Wuhan, le coronavirus y a fait de nombreuses victimes. Sur le million et demi de malades recensés dans le monde, 83 213 sont en Chine et 3 345 en sont mortes. Au 27 mars, l’épidémie est « quasi-éteinte » en Chine selon le Directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. Pékin a annoncé jeudi 26 mars la fermeture temporaire de ses frontières à la plupart des étrangers et va réduire ses vols internationaux dès samedi 28 mars pour éviter l’importation de nouveaux cas de coronavirus et une reprise de l’épidémie. 

Autres actualités liées au coronavirus : 

DATES CLÉS DE L’ÉPIDÉMIE
  • Le 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • Le 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un « nouveau type de coronavirus ».
  • Le 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • Le 15 janvier, le virus cause la mort d’une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • Le 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • Le 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • Le 30 janvier, l’Organisation mondiale de la Santé décrète l’urgence de santé mondiale. Cette mesure n’avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • Le 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d’organisation des soins.
  • Le 28 février, la France passe en stade 2 de l’épidémie.
  • Le 11 mars, l’OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • Le 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et « jusqu’à nouvel ordre ».
  • Le 13 mars, l’OMS désigne désormais l’Europe comme épicentre.
  • Le 14 mars, la France passe au stade 3 de l’épidémie.
  • Le 16 mars, l’Europe ferme ses frontières ainsi que celles de l’espace Schengen. La France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • Le 18 mars le premier transfert de patients Covid-19 en France est réalisé grâce à l’Armée, par voie terrestre et aérienne. 
  • Le 20 mars, plusieurs villes françaises, dont Nice, Montpellier, Perpignan, Arras… imposent un couvre-feu le soir et la nuit.
  • Le 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • Le 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu’au 15 avril.
  • Le 2 avril, le million de cas de coronavirus dans le monde est dépassé, et plus de 51.000 morts, selon le décompte de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.







Facebook Comments

Leave a Response