Le HCR et ses partenaires demandent 1,3 milliard de dollars pour les réfugiés sud-soudanais

share on:

« Les arrivées de réfugiés se sont poursuivies en 2019, avec plus de 74.000 Sud-Soudanais cherchant refuge en Ouganda, au Soudan, au Kenya, en Éthiopie, en République démocratique du Congo et en République centrafricaine », a dit aux médias, Babar Baloch, porte-parole du HCR.

Ce Plan régional d’intervention en faveur des réfugiés complète le plan de réponse humanitaire pour le Soudan du Sud, d’un montant de 1,54 milliard de dollars, lancé en décembre 2019.

Outre la priorité accordée à l’éducation, le HCR soutient que des fonds sont nécessaires de toute urgence pour fournir une assistance vitale. Une aide qui permettra la prise en charge de 65.000 enfants réfugiés non accompagnés ou séparés, l’accès à l’eau potable et des mesures contre la violence sexuelle et sexiste.

Plus de 270.000 réfugiés sont retournés au Soudan du Sud de leur propre initiative

Cet appel de fonds est également un appel à la communauté internationale pour renouveler son soutien aux cinq principaux pays d’accueil de réfugiés sud-soudanais.

L’Éthiopie, le Kenya et l’Ouganda se sont révélés des hôtes exceptionnels et incluent de plus en plus de réfugiés dans leurs services sociaux nationaux. Les gouvernements du Soudan et de la RDC appliquent également de « façon louable » des politiques progressistes en faveur des réfugiés hors des camps, qui méritent un soutien accru.

Deux millions de personnes supplémentaires sont déplacées à l’intérieur du Soudan du Sud. Et selon le HCR, la plus grande population de réfugiés d’Afrique est originaire du Soudan du Sud. Quelque 2,2 millions de personnes ont été contraintes de fuir et une majorité écrasante – 83 % – sont des femmes et des enfants.

D’autres civils ont pourtant pris le chemin inverse. Depuis novembre 2017, plus de 270.000 réfugiés sont retournés au Soudan du Sud de leur propre initiative. « Mais la plupart de ceux qui restent à l’extérieur du pays attendent de voir si la paix se maintient », tempère le porte-parole du HCR.

En conclusion, l’agence s’est félicitée de la formation du gouvernement de transition d’unité nationale du Soudan du Sud. Elle estime néanmoins que de nombreux défis restent à relever pour trouver des solutions aux millions de Sud-Soudanais déplacés de force par des années de conflit.





Facebook Comments

Leave a Response