Si les législateurs pro-gouvernementaux parviennent à leurs fins au Zimbabwe, une loi sera adoptée pour punir les citoyens étrangers qui critiquent le gouvernement. La loi définira ces critiques comme étant « antipatriotiques » et traînant dans la boue la réputation internationale du pays.

Le projet de loi a été proposé en mars par un membre du parti au pouvoir, le Zanu-PF, qui a fait valoir que certaines des critiques à l’égard du gouvernement par de nombreux Zimbabwéens à l’extérieur du pays étaient antipatriotiques. Il a promis que son intention n’était pas de punir la dissidence mais de préserver la réputation du pays. Malgré l’opposition de la société civile et des politiciens de l’opposition, le projet de loi continue d’être débattu au sein de l’assemblée législative.

Soutenant ce qui a été appelé le projet de loi patriotique, Pupurai Togarepi, le chef de file du parti au pouvoir au Parlement, a déclaré à la BBC : « Le gouvernement a toujours essayé de persuader ses citoyens de se comporter de manière patriotique pour maintenir l’unité. Mais après l’arrivée des partis d’opposition en 1999, de nombreux programmes ont été mis en avant et cela a conduit à une situation où le pays est en guerre. Il est difficile de gérer les comportements et vous ne pouvez pas arrêter arbitrairement les gens sans qu’il y ait une loi pour le faire. »

Crédit photo : facetofaceafrica






.

SHARE