Les guinéens ne doivent plus être des broyés de la grosse machine à illusion et à promesses (Mohamed Hadji Cherif).

0
59335

Que chacun fasse ce qu’il peut . A chacun sa responsabilité. Gloire à ceux qui accepterons de rentrer par la grande et honorifique porte de notre glorieuse histoire.Tous, vous recevrez les honneurs, les hommages nationaux à la hauteur de vos contributions, les medailles de la reconnaissance comme l’expression de la valeur cruciale de vos efforts. On vous dépliera le tapis rouge devant la porte de l’histoire de ce pays, pour avoir réalisé la tâche monumentale qui consiste à libérer un peuple au cœur vrillé par le désespoir. Vous auriez écrit votre propre histoire et votre légende.

Sur nos épaules, pèse désormais l’espoir à la fois lourd et gratifiant: affronter avec honneur, détermination et fierté les défis auxquels nous sommes confrontés, mettre toute notre énergie et toute notre âme patriotique dans la marche inexorable de notre pays vers un avenir heureux.

Dans ce contexte, nous devons tous nous occuper du destin et de l’avenir de notre pays, de la construction d’un État où l’on est capable de changer nos rêves en réalité, où on peut vivre avec l’espoir en étendard, l’espérance chevillée à l’âme, l’idéal le plus élevé de la nation ancré au plus profond des âmes.

La résilience et l’abnégation ( don de soi au bénéfice des), le rapprochement des positions et le renforcement de la culture de collaboration seront la clé de voûte de cette lutte libératrice et patriotique. C’est pourquoi , nous devons maîtriser cette fièvre politique qui s’empare du pays, qui électrise les discours et déchaîne les passions.

Nous ne devons plus continuer à nourrir les sentiments d’hostilités, à cultiver une haine meurtrière et inapaisable,
à étouffer toute perspective du bonheur et du progrès, à pousser le feu au désir inasouvi de vengeance, à fermer toutes les voies aux possibilités de dialogue, à entretenir des discours mensongers qui constituent parfois des défis aux faits, à créer la division, la confusion et l’incertitude, à machiner les intrigues pour satisfaire nos fielleuses jalousies et rancunes, pour qu’ensemble nous puissions sortir de cette spirale obsédante, lancinante et asphyxiante déception, de régression et de paupérisation.

Les guinéens ne doivent plus être des broyés de la grosse machine à illusion, à promesses, des perdants du rêve d’une guinée émergente.
Ne conduisons pas notre pays à la déchéance, à l’échec fatale et irrémédiable.

Évitons ce sentiment de honte, de tristesse que l’on vivrait comme une trahison envers la Guinée à l’issue de cette transition. N’associons pas la possibilité de notre honneur à celle de notre malheur.

J’interpelle tous ceux qui détiennent une parcelle du pouvoir en ce moment crucial de notre histoire, à la nécessité d’aider notre pays à expier ses pêchés, à laver toutes ses humiliations, à bercer ses années de malheur, à réfermer la parenthèse de toutes ces années perdues et à sceller sa réconciliation pour lui redonner l’espoir.
Soyez les refondateurs et non les fossoyeurs. Quittez au pouvoir avec le sentiment du devoir accompli.

Ne cédons pas aux influences belliqueuses et conflictogès de toutes ces formations politiques qui ont un appétit du pouvoir à relent ethnique, trompeur et illusionniste, dont les conduites et les propos entraînerons plus tard des effets boomerang. Toute ambition démesurée et pavée par l’hystérie du pouvoir, empêtrée dans la culte de la personnalité, ornée par la transhumance politique , ne doit primer sur l’intérêt collectif et freiner notre développement.

Nous avons besoin d’une opposition à conviction inaltérable ,capable d’éduquer ses militants, de proposer la concordance et l’unité nationale dont nous rêvons, de concrétiser l’idéal du développement que nous avons tant souhaité de tous nos vœux depuis bientôt 70 ans .

Plus de place à une jeunesse aux références douteuses, taillable et corvéable à merci, aux élites plus avides du pouvoir , plus résolues à écraser les valeurs de l’honneur et de la dignité, plus réputées dans la prostitution intellectuelle et enclin à la démagogie et à l’opportunisme.

J’invite le président à engager une refondation, à faire le nécessaire pour organiser les élections libres et transparentes ; à être le héros que le pays espérait et qu’il n’accepte qu’aucun doute, qu’aucune suspicion légitime plané sur son envie de quitter le pouvoir .

En agissant ainsi l’Afrique entière le célébrera, le tressera les couronnes et rebaptisera les places publiques en son nom.

Il doit se comporter avec l’élégance de Rawlins qui, au plus haut sommet de sa gloire a renoncé au pouvoir, s’inspirer du patriotisme de Thomas sankaran, de l’abnégation de Nelson Mandela, de l’intelligence et de la claivoyance de Patrice lumumba. Nous le prions instamment d’éviter l’infortune et le chagrin d’un président déchu. Qu’il sache tout peut arriver n’importe quand: le pouvoir comme la déchéance, la médaille comme la défaite ou la mort. Qu’il tache à respecter et à honorer ses engagements vis-à-vis du peuple de Guinée.

Vous êtes face à une épreuve épineuse, c’est pourquoi, vous devez vous mefier aux intrus indésirables qui vous entourent, capables de vous pousser à ignorer les regards les plus pauvres de nos concitoyens, à être hermétique aux âmes véridiques, à opposer une distance à quiconque vous approcherez pour vous dire la vérité, à jouer l’insouciance face à nos préoccupations collectives et à rester sourd face à nos colères intimes. QALLAH vous en garde . Amen

Nous sommes, et seront les responsables de l’avenir de notre pays. Comme écrivait Williams Sassine dans le Jeune homme du sable : 《Un homme est responsable de la forme de sa maison, de celle de sa prison de celle de son tombeau》. Aux Guinéens de savoir s’ils admettrons que leur avenir soit hypothéque.

Qui ne dit mot, consent !!!

Par Mohamed Hadji Cherif

Facebook Comments Box