En donnant une réplique sanglante au rapport de l’Anmesty International, qui a accusé le gouvernement guinéen de graves violations des droits de l’homme,   l’inspecteur général de la jeunesse du RPG arc-en-ciel, Mohamed Saïd Touré a répondu aux questions des journalistes à l’occasion d’un point de presse organisé à cet effet dans un hôtel huppé la place, cet-après. 

Selon Mohamed Saïd Touré, ce rapport est une pièce montée par l’opposition, le FNDC et certaines institutions dans le but de salir le régime d’Alpha Condé et de la Guinée.

« C’est avec un constat amer et décevant que je m’adresse à vous en ma qualité de l’inspecteur du RPG sur les accusations mal fondées et orchestrées par Amnesty international à travers son rapport publié sur les réseaux sociaux à l’égard du régime du président Alpha Condé. Amnesty international est une ONG qui est recrutée traitée par l’opposition et le FNDC afin de salir le régime du prof. Alpha Condé. Si nous parlons droit de l’homme, il est impératif d’exposer et de dénoncer la partialité des ONG et autres institutions créés ou représentées par des opposants farouches au régime qui ont pour simple mission de produire de tel rapport espérant de décrédibiliser la Guinée », a t-il dénoncé 

Le jeune inspecteur du RPG a indiqué que ce rapport est une preuve éloquente de la volonté express de certaines institutions de saboter le régime de Conakry.

poursuivant, Mohamed Said Touré accuse Amnesty international d’ignorer délibérément des violences orchestrées par l’opposition contres les forces de l’ordre, des citoyens et des commis de l’État.

« Il faut souligner la volonté express des institutions de saboter le régime et favoriser l’opposition allant jusqu’à omettre sciemment certains faits de violence par l’opposition, des attaques ciblées contre certaines personnes en mettant des croix visibles devant les concessions pour les reconnaître et les attaquer nuitamment. On parlait pas droit de l’homme des attaques contre des agents de sécurité, gendarmes, militaires et civiles égorgés lors de l’attaque du train RUSSAL à Sonfonia. On parlait pas droit de l’homme, des assassinats des représentants de la mouvance dans les localités de l’intérieur du pays, cas de l’imam et représentant du RPG a Ditine dans la préfecture de Dalaba, torturé et assassiné dans une mosquée avant d’être trimbalé à Moto exposé au soleil pendant toute la journée et enterré dans caniveau. On parlait pas droit de l’homme, des attaques ciblées et incendies des concessions privées dans Ratoma, Telemele, Labé, Dubreka, Coyah poste de police à Dalaba, Pita, des tribunaux à Labé, des gendarmeries de Dalaba saccagées et incendiées causant d’énormes dégâts matériels, on parlait pas de droit de l’homme. Des attaques ciblées contre le chef du gouvernement à Labé et plusieurs Ministres à Mamou et à Pita parfois suivit des morts d’homme, faits inacceptables dans les plus grandes démocraties mais ne figurant nulle part dans le fameux rapport de Amnesty international qui a aussi omis beaucoup d’autres faits et ignoré les violations graves dans le but de satisfaire au seul camp », a-t-il ajouté 

Mohamed Camara 

621 50 18 47

SHARE