Santé : l’ONG Vision Médiale Guinée célèbre la 2ème édition de la journée de l’hépatite “B”

0
105028

L’ONG vision médiale Guinée en partenariat avec l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry ont célébré ce samedi 30 juillet 2022 la deuxième édition de la journée mondiale contre hépatite “B” a Conakry. Cette cérémonie s’est déroulé au tour de la thématique” agir contre les hépatites virales: hépatite virale B – Virus tueuse silencieuse, sensibiliser, dépister et immuniser”.

 

A l’ entame de ces propos, la chargée de la communication au sein de l’ONG Vision Médiale Guinée s’est réjouit de la tenue de cette deuxième édition: ” Cette maladie, est un problème majeur de santé publique. Plus mortelle que le VIH, l’hépatite tue environ une personne toutes les 30 secondes dans le monde. Sans aucune distinction, hommes, femmes et enfants, tous peuvent être touchés par cet tueur silencieux”.

Et d’ajouter : ” selon l’organisation mondiale de la santé. En plus en 2019, près de 90.000.000 personnes sont décédées de cette maladie, le plus souvent des suites d’une cirrhose ou d’un cancer primitif du foie. En République de Guinée, en 2016, le centre national de transfusion sanguine avait trouvé une fréquence de l’antigène HBs de 17, 08 %. Autrement dit selon cette étude 17 personnes sur 100 en Guinée étaient porteur du virus de l’hépatite B en 2016 , ce qui est alarmant” , a-t-il affirmé.

De son côté,  Dr Moussa Camara, médecin mastaurant en santé publique, secrétaire général de l’ONG vision médiale Guinée a d’abord rappeléceci: ” Le 28 juillet de chaque année, le monde célèbre la journée mondiale de lutte contre l’hépatite pour mieux faire connaître << tueuse silencieuse >>, qui cause environ 125 000 décès en Afrique tous les ans, malgré la disponibilité des traitements. Plus de 90 millions de personnes vivent avec une hépatite en Afrique, soit 26% des personnes souffrant de cette maladie à l’échelle mondiale. Malheureusement, du fait de absence de symptômes, la maladie est généralement détectée lorsqu’il est trop tard pour envisager un traitement, et elle entraîne des décès pourtant évitables”, a-t-il évoqué.

Revenant sur le cas de ce fléau en Guinée,  il dira ceci : ” République de Guinée, en 2016, le centre national de transfusion sanguine avait trouvé une fréquence de l’antigène HBs de 17, 08%? Ce qui veux dire que 17 personnes sur 100 en Guinée étaient porteur du virus de l’hépatite b, ce qu’est alarmant”, a-t-il martelé.

Pour Dr keletigui conférencier et médecin à l’hôpital de Donka remercie l’ONG pour l’organisation de cette conférence. ” La plupart des molécules efficaces contre le VHB y restent d’accès difficile, en dehors du contexte de la Co-infection VIB- VHB. L’infection VHB se produit lorsqu’une personne est infectée simultanément par les virus de l’hépatite B, et celui de l’hépatite D ( Co- infection) ou (surinfection). Parmi les populations les plus susceptibles de présenter une Co- infection par le VHB- et le VHD figurent les populations autochtones, les hemodialysés et les consommateurs de drogues injectables”, a–il expliqué.

Pour terminer,  il dira ceci: ” La Co- infection est considéré comme la forme la plus grave d’hépatite virale chronique en raison de l’évolution rapide vers la mort par atteinte hépatique carcinome hépatocelulaire” , t-il conclu.

Aboubacar ll Sylla
626007479

Facebook Comments Box