Sécurité privée: le gouvernement guinéen annonce une nouvelle réglementation du secteur

share on:

Au cours du conseil des ministres du 13 aout 2020, le gouvernement a élaboré et adopté un  décret accompagné de quatre arrêtés d’applications portant réglementation des activités des entreprises ou sociétés de sécurité privée. La décision vise à mettre de l’ordre dans ce secteur en vue d’éviter d’une part, l’insécurité.

Ce décret pousse désormais le ministère de la Sécurité et de la Protection Civile à effectuer un contrôle accru des activités de sécurité privée sur la base d’une réglementation rigoureuse prenant en compte la création de ces entités jusqu’à l’exécution des prestations en passant par le recrutement et la formation des agents.

La Guinée enregistre de nos jours plus de 460 entreprises officiellement répertoriées et qui exercent dans le secteur en employant près de 30.000 agents, selon les données du département de la Sécurité.

« Ces entreprises et employés créées et recrutés pêle-mêle, passaient aisément à travers les mailles du contrôle de compétence, de moralité et/ou d’antécédents judiciaires alors qu’elles/ils exercent des missions stratégiques dont la maitrise nécessite une qualification et des aptitudes spécifiques. »

« Par ailleurs, la nouvelle règlementation met en exergue toutes les spécificités du secteur et apporte une définition plus précise des activités de chaque type de société, telles qu’elles ont évolué depuis deux décennies. Les entreprises ou sociétés ont été répertoriées conformément à leurs objets d’intervention et sont présentées séparément. On note par exemple l’apparition de nouvelles activités comme l’investigation, le service conseil sécurité, le service électronique, la sécurité cynophile et la serrurerie », d’après le ministère de la Sécurité et de la Protection civile.

« La mission préventive et dissuasive de la sécurité privée est soulignée. Il est rappelé qu’une société de sécurité privée ne peut en aucun cas être investie de prérogatives de puissance publique. Il reste interdit aux sociétés de sécurité privées de s’immiscer dans un conflit de travail, de se livrer à une surveillance relative aux opinions politiques, religieuses, syndicales et de constituer des fichiers dans ce but.

Le marché de la sécurité privée en Guinée devrait poursuivre son essor au cours des prochaines années et les acteurs de ce secteur joueront un rôle de plus en plus important, en allégeant la tâche des forces de sécurité publique.

Au moment où l’idée d’une coopération entre sécurité publique et privée est de plus en plus évoquée dans les états les plus développés, la Guinée doit se préparer à faire face aux nouveaux défis sécuritaires. La première étape de cette projection vers l’avenir a consisté à rattraper le retard accusé tout en se dotant d’une nouvelle réglementation en phase avec les meilleures pratiques en cours. »





Facebook Comments

Leave a Response