Suite au lancement du CGE-GUI : Elhadj Bakary Diawara appelle à une union des fédérations

0
108439

Unifiée il y a quelques mois, la confédération générale des entreprises de Guinée (CGE-GUI) qui réunit désormais les 4 anciennes organisations patronales du pays a officiellement lancé ses activités ce jeudi 19 mai 2022, en présence du premier ministre chef du gouvernement, Mohamed Béavogui. Apres ce lancement, Elhadj Bakary Diawara vice-président chargé de la Fédération Patronale de Sécurité et de Gardiennage en Guinée au sein de la Confédération Générale des Entreprises de Guinée (CGEGUI) se dit très réconforté et appelle à l’unification des fédérations pour mettre fin à la cacophonie. 

A l’entame de son intervention, Elhadj Bakary Diawara, vice-président chargé de la Fédération Patronale de Sécurité et de Gardiennage en Guinée au sein de la Confédération Générale des Entreprises de Guinée (CGEGUI) se dit très réconforté cette initiative. « Aujourd’hui ça va vraiment, nous sommes très réconfortés par rapport à cette union parce que, vous ne pouvez l’imaginez que nous avons fait sept (7) ans de guéguerre au sein de quatre patronat inutilement. Il n’y a pas eu de développement ni rien. Et tout se passait dans nos différentes poches mais, à partir d’aujourd’hui nous serons accompagnés par le gouvernement et nous nous retrouvons dans la même assiette ».

Et d’ajouter : « Mais aujourd’hui, les syndicats, le Bureau International du Travail (BIT) et la Fédération Patronale de l’Afrique de l’Ouest (FEPAO) et l’Organisation Internationale du Travail (OIT) sont là aujourd’hui pour assister à cet événement. C’est pour vous dire qu’aujourd’hui, c’est un consensus, nous nous sommes réconciliés. Surtout moi je suis à l’origine parce que je m’étais présenté contre tous ceux-ci là. Si nous nous retrouvons ensemble aujourd’hui, vraiment c’est la Guinée qui gagne ».

Apres cette unification, Elhadj Bakary Diawara estime que les premiers chantiers doivent être d’abord le développement du secteur privé guinéen et ensuite unifier les différentes fédérations pour le bon fonctionnement du secteur privé en Guinée.

« Imaginez si nous prenons la fédération patronale des BTP, il y en a quatre. Donc ces quatre fédérations BTP vont se fondre et sera maintenant une seule fédération patronale. Moi, qui n’étais pas dans l’union, vu que je suis de la sécurité et du gardiennage, je suis allé vers eux parce que nous gérons près de 1000 sociétés de sécurité présidées par Mounir.  Je suis le premier vice-président et Mack Barry. Vous voyez qu’on s’est compris vu qu’ils ont délégué Macka Barry et moi pour le patronat des 1000 sociétés de sécurité et du gardiennage de la Guinée. Là, il n’y a pas de cacophonie au sein de notre structure patronale ».

En outre, il dénonce des fédérations qui ne sont pas unifié et appelle à leur unification. «  Mais je vous assure qu’il y a des fédérations où il aura de la cacophonie parce qu’il faut que nous cherchions à unifier les différentes fédérations pour enlever la cacophonie. De notre côté, c’est l’union qui a envoyé les deux (2) personnes au sein de la CGEGUI. Ne nous on a pas de problème. Du côté des autres fédérations patronales, il faut qu’ils s’entendent parce qu’il y a la fédération patronale des BTP qui est dirigée par Kékoura Touré. Dans ce sens là-aussi, on s’est trouvé un consensus. On est parti voir le doyen Ismaël Condé parce que vous n’êtes pas sans savoir qu’ils ont créés cette fédération ça fait plus trente (30) ans. On a supplié le doyen Ismaël Condé parce que nous nous sommes dit si tu veux avoir l’héritage de ton père, il faut de soumettre parce qu’on ne peut pas prendre l’héritage et fuir avec. Alors c’est ce travail qui est la priorité ».

Pour terminer, il dira ceci : « Le gouvernement nous a donné leur accord, on aura aussi des retenus, par exemple on aura des pourcentages sur les impôts au port autonome. Tout ça-là, ceux sont les avantages que nous aurons. Imaginez ça fait plus de sept (7) ans on a rien eu et, tandis qu’au temps de Mamadou Sylla, le patronat gagnait ces pourcentages-là, c’est pourquoi, il était fort. Mais nous aussi, à partir de l’instant maintenant nous serons très forts. Alors c’est ça l’union, c’est ça la CGEGUI », a-t-il conclu.

Kevin Kerfala Soumah

Facebook Comments Box