Le match en retard de la 11ème journée de la Ligue 1 Salam opposera, ce dimanche (16 h) au Stade du 28 Septembre de Conakry, le Horoya AC, champion en titre, et l’AS Kaloum, son rival traditionnel. Cette opposition soulève toujours des commentaires enflammés dans le milieu footballistique du pays. Voici pourquoi.

Horoya – Kaloum, un match pas comme les autres, en effet, à cause de la rivalité qui existe depuis des lustres entre les deux clubs Peu importe le lieu ou la compétition, lorsque ces deux formations se croisent, c’est une sorte de finale avant la lettre. Et ce quel que soit le classement de l’un ou de l’autre.

Ces derniers temps, le dénommé « classico » a tendance à perdre de son impact, de sa valeur en termes de ressources humaines. Faute de moyens dans le camp rival tandis que le Horoya a toujours une longueur d’avance sur tous les plans.

Mais qu’à cela ne tienne, un classico reste un classico. A 72 heures de cette opposition, les « rouge et blanc » de Matam campent en 9ème position au classement avec 18 points (diff. +9) après avoir joué 10 journées. Ils vont croiser le fer avec les « jaune et vert » de Kaloum qui occupent le 2ème rang avec 26 points mais après avoir disputé 16 journées dans cette Ligue 1 Salam.

Les deux formations sont éliminées en campagne africaine, à savoir la Coupe de la Confédération pour Kaloum et la Ligue des Champions pour le Horoya AC. Elles n’ont donc plus que le championnat pour sauver leur saison, d’où l’intérêt de ce classico.

Du point de vue mobilisation, malgré le contexte sanitaire, les supporters des deux clubs ne seront pas du tout absents dans les travées du Stade du 28 Septembre de Conakry.  Chaque groupe va arborer ses couleurs pour servir de 12ème homme du début à la fin du choc dominical.

Pour terminer, notons que pour les 13 dernières confrontations entre le Horoya AC et l’AS Kaloum, le bilan est de 7 victoires pour le club de Matam, 3 nuls et 4 succès pour l’ASK.

Rendez-vous ce dimanche à 16h au Stade du 28 Septembre de Conakry.

 

 

PARTENANRIAT HAC

SHARE