Une journée porte ouverte sur l’implication de la société civile dans la gestion et suivi indépendant C2D

share on:

La coalition nationale de la société civile (CONASOC) a organisée ce vendredi 17 juillet 2020 à Conakry une journée porte ouverte sur l’implication de la société civile dans la gestion et suivi indépendant et participatif des projets issus du contrat de désendettement et de développement (C2D). L’objectif principal de la journée est de présenter à travers des échanges les problèmes et contraintes auxquels la direction du PSI est confrontée dans l’exécution de sa mission.

Cette cérémonie a regroupée des personnes ressources venant du Comité de pilotage, de la cellule technique du suivi des programmes, des directions des projets chargées de la gestion des projets financés dans le cadre du C2D, des OSCs.

Dans son intervention, Mamady Condé, coordinateur du projet suivi indépendant a expliqué les motifs de cette journée ouverte.

« Après l’annulation de la dette par la France, il a été question que les organisations de la société civile et les syndicats se retrouvent pour se questionner sur les urgences du pays, tout en s’exprimant sur les objectifs du projet pour l’année 2020. Au compte de cette année, nous envisageons de faire la réalisation des objectifs suivants : le renforcement des capacités de 200 acteurs de la société civile aux techniques suivant la procédure de suivi indépendant à travers l’organisation de huit ateliers dans le pays, l’initiation à la gestion du budget de l’État, l’organisation de 16 missions d’enquête sur les projets réalisés et ceux en cours de réalisation », a-t-il affirmé.

De son côte, le consultant du projet, Mohamed Lamine Sylla  a épilogué sur le mécanisme qui a été mise en place par la France au profit de la population guinéenne qui pourra atteindre les citoyens a la base.

« L’objectif est d’atteindre directement la population à la base. Il y a la réalisation des infrastructures à l’intérieur du pays, les écoles, centres de santé. Voici les bénéfiques de ce projet. Le travail sur le terrain est reparti à des niveaux différents, d’autres travaux sont faits par des entreprises qui sont recrutées par les projets des différents départements », a-t-il expliqué .

S’agissant des impactes sur la population a la base, il affirme que ce sont des fonds qui sont donné par des tranches trimestrielles par rapport au montant global. Et ça permet d’évaluer l’impact des projets qui sont financé en faveur des régions défavorisées du pays et son impact également sur la baisse de la pauvreté dans toutes les parties du pays.

Pilotée par la coalition nationale de la société civile (CONASOC), ce projet veut répondre aux attentes des populations en restant près des structures chargées de la mise en œuvre des programmes de développement sous les billets du contrat CDD.

Cherif Djiba Sano       

Facebook Comments

Leave a Response