le kevazingo à l’origine d’un scandale va être vendu aux enchères – JeuneAfrique.com


Cent-vingt-cinq conteneurs de kevazingo, un bois précieux très prisé en Asie, dont la saisie fin février au Gabon avait créé un scandale politique, vont être vendus aux enchères, a annoncé le ministre de l’Environnement.


Les autorités gabonaises ont transféré dimanche vers un parc à bois 125 des 353 conteneurs de kevazingo qui avait été saisis au port d’Owendo à Libreville, selon un communiqué du gouvernement publié dimanche soir.

Sous l’autorité du ministre de la forêt et de l’environnement, Lee White, ces 1500 m3 de bois vont être « revalorisé puis vendus au bénéfice de l’État », ce qui pourrait rapporter 45 milliards de francs CFA (environ 40,6 millions d’euros) à l’État gabonais, selon le ministère.

En transférant le kevazingo du port au parc à bois, les autorités ont « pour objectif de convertir ce bois illégal en bois légal autorisé à la vente », a expliqué le ministre dans un communiqué.

« Kevazingogate »

La coupe de kevazingo est en effet interdit. La découverte de ces conteneurs de bois illégaux fin février, puis leur disparition quelques semaines plus tard, avaient mis à jour la complicité de plusieurs hauts responsables politiques et mené aux limogeages du vice-président du pays et du ministre des Eaux et forêts.

Après ce scandale, le président Ali Bongo Ondimba avait procédé à un remaniement ministériel, nommant notamment Lee White, un Britannique naturalisé gabonais réputé pour être un écologiste intransigeant, à la tête du ministère des Forêts.

Le kévazingo est un bois rare d’Afrique centrale, considéré comme sacré par certaines communautés locales et très apprécié en Asie, notamment pour la réalisation de parquets, escaliers, meubles de luxe.

Représentant 60% du PIB (hors hydrocarbures), le secteur forestier est l’un des piliers historiques de l’économie du Gabon, un pays recouvert à près de 80% par la forêt.







Facebook Comments

Leave a Response