Les chefs des parties belligérantes de la Libye en Russie pour des entretiens | Nouvelles

share on:

Les pourparlers entre les parties belligérantes de la Libye à Moscou – soutenus par des responsables turcs et russes – se déroulent de manière positive, a déclaré le président Tayyip Erdogan, ajoutant qu'Ankara s'efforçait de faire en sorte que la trêve devienne permanente.

le conflit, a exhorté lundi les factions à signer une trêve contraignante pour mettre fin à une guerre de neuf mois et ouvrir la voie à un règlement pacifique.

Plus de 280 civils et environ 2 000 combattants ont été tués et 146 000 Libyens déplacés depuis le commandant renégat Khalifa Haftar a lancé son assaut pour s'emparer de la capitale Tripoli, selon les Nations Unies.

Parler aux côtés de l'italien Le Premier ministre Giuseppe Conte à Ankara, Erdogan a déclaré qu'il assisterait dimanche à un sommet à Berlin pour discuter des développements en Libye, avec Conte et le président russe Vladimir Poutine.

"J'espère particulièrement la signature d'un cessez-le-feu permanent un accord très prochainement ", a déclaré Erdogan lors de la conférence de presse.

Les pourparlers de Moscou ont eu lieu un jour après l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu négocié par la Russie et la Turquie en Libye.

Les forces libyennes fidèles à Haftar annoncent un cessez-le-feu conditionnel [19659008] Les événements sont survenus au milieu des suggestions selon lesquelles Fayez al-Sarraj, le chef du gouvernement d'accord national (GNA) internationalement reconnu, et son rival Haftar pourraient signer le cessez-le-feu accord de feu dans la capitale russe.

Les forces de Haftar n'ont jusqu'à présent pas réussi à capturer Tripoli, la capitale, où réside le GNA soutenu par l'ONU, après des mois de combats acharnés.

"Al-Sarraj, Haftar et des représentants d'autres Libyens les parties devraient participer à ces contacts. " Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a déclaré aux journalistes.

Cependant, il n'était pas encore clair si les deux dirigeants se rencontreraient face à face. [19659012] Pour en savoir plus:

La Libye a été secouée par la tourmente depuis que le chef de longue date Mouammar Kadhafi a été renversé dans un soulèvement soutenu par l'OTAN en 2011.

Le pays riche en pétrole a depuis été divisé entre deux administrations rivales basées dans l'est du pays et ouest au milieu d'un conflit entraînant une implication croissante des puissances étrangères. Depuis avril, le GNA basé à Tripoli est attaqué par les forces orientales fidèles à Haftar, qui ont capturé le 6 janvier la ville côtière stratégique de Syrte.

Le GNA et l'Armée nationale libyenne de Haftar ont convenu d'un accord trêve conditionnelle appelée par la Russie et la Turquie qui est entrée en vigueur dimanche à minuit heure locale (22h01 GMT samedi). Depuis les deux parties belligérantes ont accusé l'autre de violations .

Reportage depuis Moscou, Step Vaessen d'Al Jazeera a déclaré que les pourparlers dans la capitale russe devaient se poursuivre pendant de nombreuses heures.

Elle a ajouté que le but de la réunion était "de mettre des signatures en vertu de l'accord de cessez-le-feu".

"Il y a des rapports que les délégués de l'Egypte et aussi des Emirats Arabes Unis assisteront à la cérémonie ici [in Russia]", a-t-elle dit. [19659004] "Nous ne savons pas quand les signatures seront fixées, mais nous attendons quelque chose aujourd'hui", a-t-elle ajouté.

Le cessez-le-feu a fait suite à un appel conjoint d'Erdogan – qui soutient al-Sarraj et a envoyé des troupes à aider le GNA – et Poutine, que les analystes considèrent depuis longtemps comme soutenant Haftar.

Interrogé samedi sur les sociétés de sécurité privées russes en Libye, Poutine a répondu "s'il y a des citoyens russes là-bas, ils ne représentent pas le intérêts de l'État russe et ne reçoivent pas d'argent m l'État russe ".

Les forces pro-Haftar sont soutenues par les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite et l'Égypte. Al-Sarraj a également accusé Paris de soutenir Haftar et de soutenir tacitement son agression contre Tripoli, affirmations démenties par des responsables français.

«Tournez la page»

Plus tôt, cité par Interfax Lev Dengov, chef du contact russe comme disant qu'al-Sarraj et Haftar discuteraient de "la possibilité de signer une trêve et les détails d'un tel document".

Séparément, Khaled al-Mechri, chef du Haut Conseil d'État libyen, a déclaré que la signature de l'accord à Moscou ouvrirait la voie à la relance du processus politique dans le pays.

Al-Mechri a déclaré à Al Ahrar TV qu'il accompagnerait al-Sarraj à Moscou, tandis qu'Aguila Salah, présidente de l'est [basésurleParlementvoyageraitavecHaftar

Pendant ce temps, dans un court discours télévisé lundi, al-Sarraj a appelé les Libyens à "tourner la page du passé".

"J'appelle tous les Libyens à tourner le page sur le passé, rejeter la discorde et resserrer les rangs pour progresser vers la stabilité et la paix ",

Dans une interview accordée à Al Ahrar TV, al-Sarraj a déclaré lundi que le GNA avait accepté l'accord de cessez-le-feu pour empêcher plus d'effusions de sang dans le pays.

"Nous n'ignorerons pas les sacrifices de nos fils et martyrs ou notre rêve d'un État civil ", a-t-il déclaré. "Notre acceptation du cessez-le-feu vient d'une position de force pour maintenir la cohésion nationale et sociale."

Al-Sarraj a cependant déclaré que ses forces gouvernementales étaient prêtes "à reprendre les opérations militaires en cas de rupture du cessez-le-feu" ".

Pourparlers de Berlin

L'Allemagne prévoit de tenir un sommet visant à tracer la voie de la paix en Libye le 19 janvier. La réunion coïncidera avec une visite d'une journée à Berlin par Erdogan.

La présence du dirigeant turc est considérée comme essentielle au succès de toute conférence sur la Libye, car la décision d'Ankara de déployer des conseillers militaires et éventuellement des troupes en a fait un acteur majeur de la longue guerre civile du pays.

Allemand La chancelière fédérale Angela Merkel a annoncé samedi le sommet, ajoutant que les Nations Unies mèneraient des pourparlers. Elle a déclaré que les parties belligérantes en Libye devraient jouer un rôle majeur si une solution devait être trouvée.

Merkel a déclaré que l'objectif était de donner à la Libye la chance de devenir un pays souverain et pacifique.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen a salué lundi le cessez-le-feu en Libye initié par la Turquie et la Russie, mais a averti que les Nations Unies doivent diriger le processus de reconstruction du pays.

"Un cessez-le-feu, oui, c'est un premier pas dans la bonne direction, mais ce dont vous avez besoin est un processus de consolidation, de reconstruction et un gouvernement d'unité. Il y a un long chemin à parcourir. Ce doit être un processus dirigé par l'ONU ", a-t-elle déclaré aux journalistes. "C'est de la plus haute importance."





Facebook Comments

Leave a Response