«On ne peut pas nous faire le procès d’être débile et discriminant» lâche Jean-Claude Blanc

Jean-Claude Blanc, le directeur général délégué du PSG. — SPENCER JOHN/SIPA

En pleine tourmente à la suite des nouvelles révélations de Mediapart et d’Envoyé Spécial dans le cadre des Football Leaks, et notamment après la révélation de fichage ethnique par la cellule de recrutement du club, le PSG a envoyé son directeur général adjoint, Jean-Claude Blanc, au feu, afin de déminer le terrain.

En plus des documents des recruteurs du Paris Saint-Germain, sur lesquels figuraient les cases « Français », « Maghrébins », « Antillais » et « Afrique Noire », c’est une phrase de Marc Westerloppe, alors en charge du recrutement des jeunes hors Ile-de-France, qui a choqué. Opposé au recrutement du jeune Yann Gboho, celui-ci aurait déclaré : « On ne va pas revenir sur ce sujet. […] Il y a un problème sur l’orientation du club, il faut un équilibre sur la mixité, trop d’Antillais et d’Africains sur Paris. »

Parole contre parole

Interrogé par nos confrères de L’Equipe, Jean-Claude a répété que ces critères ethniques de recrutement n’étaient pas une consigne du club venue d’en haut mais bien l’initiative personnelle de Marc Westerlopppe. « Le système a démarré à l’arrivée de Marc Westerloppe, affirme Blanc. Et les recruteurs ont rajouté, à la demande de Westerloppe semble-t-il, ce critère qui est illégal et inadmissible. Personne ne nous a signalé la fiche ni les critères mis en place. A aucun moment. Et si la fiche était sortie à ce moment-là (en 2014), on peut nous faire pas mal de procès mais pas non plus celui d’être débile et discriminant. On ne pouvait pas imaginer cela. »

« Je comprends que Mediapart essaye de démontrer que l’on a couvert les choses, mais en aucun cas on a intérêt à couvrir ce genre de choses et en aucun cas on n’a demandé à recruter sur des critères autres que de talent des jeunes, répète le dirigeant parisien. Ce serait se tirer une balle dans le pied que de dire : « Il y en a un super fort mais je ne le prends pas pour des raisons autres que ses qualités techniques ». » Contacté dans le cadre de cette enquête par les journalistes de Mediapart, Marc Westerloppe réfute l’idée d’une initiative personnelle et affirme que « cette affaire concerne le PSG ».

 



Cet article a été repéré sur 20minutes.fr

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here