RÉUNION DU BUREAU EXÉCUTIF À CONAKRY – Fonds d’Entretien Routier Guinée

share on:

Ce mardi le 19 Novembre 2019 s’est ouverte à Conakry, la réunion du Bureau Exécutif de l’Association des Fonds d’Entretien Routiers Africains (AFERA) à l’hôtel Sheraton Grand Conakry après celle de Windhoek en Namibie en mars dernier. Pour ces assises de trois (3) jours sur le sol Guinéen, plusieurs thèmes seront débattus par les participants dont la préparation de la 18e assemblée générale, l’évaluation exhaustive du secrétariat.

À l’occasion de l’ouverture de cette deuxième réunion courant 2019, Monsieur Souleymane Traoré, Directeur Général du Fonds d’Entretien Routier Guinéen et président en exercice de l’AFERA a, dans son allocution de bienvenue, indiqué que les attentes de ces réunions sont énormes et que le Fonds Routier Guinéen a le taux le plus en termes de la redevance d’entretien routier de la sous-région. « Nos attentes sont immenses. Nous attendons que les autres pays africains puissent savoir comment est-ce que le Fonds d’Entretien Routier se porte ? Comment notre pays se porte. Le Fonds d’Entretien Routier guinéen a une autonomie. Il est doté d’un conseil d’Administration qui joue son rôle mais nous avons des défis énormes. Ces défis sont entre autres le financement. Nous avons l’un des taux les plus bas en termes de redevance de l’entretien Routier de l’Afrique de l’Ouest. L’Etat a accepté de signer le rehaussement de la redevance de l’entretien routier à 500 GNF par litre vendu à la pompe. Nous nous battons toujours que cela soit une réalité », a expliqué le Président de l’organisation avant de souligné les avancées enregistrées au sein de cette organisation africaine. « Les fonds d’entretien routier ont poussé à ce que les Etats puissent mettre en place des agences routières. Parce qu’il est bon d’avoir un organisme de financement autonome, mais il est aussi bon qu’il y ait une agence routière d’exécution des travaux, qui soit autonome et professionnelle avec un conseil d’administration. Et qui puisse faire un suivi des travaux. Il n’est plus concevable aujourd’hui, que ce soit des administrations centralisées qui fassent exécuter des travaux. Ça, c’est une réalité aujourd’hui. Il y a eu une avancée au sein de l’AFERA. Le partenariat avec les organismes de financement, la Banque Mondiale, la BAD, l’UE est aujourd’hui une réalité au niveau de l’AFERA. C’est pour cette raison que, un secrétariat exécutif, un groupe de travail existe entre l’AFERA et l’Union Africaine pour la mise en œuvre de l’agenda 2063. Tout cela fait que les challenges ont été relevés », a-t-il souligné.

Il faut noter que depuis sa création en 2003, l’Association des Fonds d’Entretien Routier Africains AFERA, a déjà réalisée plusieurs activités dans le cadre de l’entretien des routes. Mais selon les membres, les défis restent encore énormes ceci pour faire face à la dégradation des routes africaines en générale, mais particulièrement celles des 34 pays membres.

Les images





Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement



Facebook Comments

Leave a Response